Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

La pétanque (du provençal « Ped Tanco », pieds tanqués, rapprochés, fichés sur le sol) est un jeu qui oppose 3 joueurs à 3 joueurs (triplettes), 2 joueurs à 2 joueurs (doublettes) ou 1 joueur à 1 joueur (tête à tête). aubonmarche-historique.png

En triplettes, chaque joueur dispose de 2 boules.
En doublettes, chaque joueur dispose de 3 boules.
En tête à tête, chaque joueur dispose de 3 boules. Toute autre formule opposant des joueurs entre eux est interdite.

Le but (également appelé « petit », « bouchon »ou « cochonnet ») sphère de bois de laquelle les joueurs essaient de se rapprocher. Le but est traditionnellement en buis ou de couleur fluo.

Sachez enfin que prendre une Fanny (13 à 0) est la chose la plus honteuse dans la vie d'un bouliste. Lorsque des joueurs se prennent une Fanny, ils doivent aller embrasser le cul de Fanny, si vous en connaissez une j'espère pour vous qu'elle est jolie. Sinon sur tous les terrains de boules qui se respectent une photo est exposée pour perpétuer la tradition.fanny.jpg

Trois techniques différentes sont utilisées pour pointer :
La roulette : Faire rouler la boule. La demi-portée : Lancer la boule pour qu’elle touche le sol à peu près à égale distance du but et du joueur. La portée (ou plombée): lancer la boule relativement haut de manière à ce qu’elle retombe près du but.

Faire un devant de boule : pointer sa boule de manière à venir l’appuyer sur une boule de l’adversaire de manière à la protéger d’un éventuel tir de l’adversaire.

Deux techniques de tir sont également utilisées : Le tir « au fer » : le tireur lance sa boule de manière à ce qu’elle tombe directement sur la boule tirée. Le tir « à la rafle » : le tireur lance sa boule de manière à ce qu’elle retombe devant la boule tirée.
Lors d’un tir, si la boule du tireur reste à la place de la boule tirée, c’est un carreau, si celle-ci avance un peu c’est un palais, si elle recule à l’impact c’est un recul , si elle est manquée le tireur a fait un trou, enfin si la boule est touchée sur sa partie supérieure mais ne bouge pas, c’est une casquette.


Les règles du jeu
Nombre de joueurs
 
La pétanque peut se jouer à un contre un (tête-à-tête Deux contre deux (doublettes) Trois contre trois (triplettes)

La pétanque se joue avec deux boules par joueurs en triplette et trois boules par joueurs en tête-à-tête et en doublette. Le terrain La pétanque peut se jouer sur tous les terrains. Il suffit de disposer d’un espace permettant de jeter le but à une distance comprise entre 6 et 10 mètres.

Le rôle de chaque joueur

Le rôle du pointeur est de placer sa boule le plus près possible du but.
Le rôle du tireur est d’enlever les boules des adversaires qui se trouvent près du but.
Le milieu est le joueur polyvalent, capable de tirer ou pointer.

Déroulement d’une partie

Début de la partie : On procède à un tirage au sort afin de savoir quelle équipe va lancer le but. Le joueur qui le jette, dispose de trois lancés au maximum pour le mettre à distance réglementaire. Pour cela, il doit préalablement tracer un cercle au sol de 35 à 50cm de diamètre dans lequel chaque joueur se placera au moment de jouer. Si il n’y parvient pas, c’est au tour de l’équipe adverse qui dispose d’un lancé.

Cours de la partie Les deux pieds dans le cercle, le pointeur de l’équipe A, qui a lancé le but, jette sa boule et tente de se rapprocher le plus possible du but. Quand il joue, les pieds du joueur ne doivent pas sortir du cercle tant que sa boule n’a pas atteint le sol. C’est ensuite au tour de l’équipe B d’essayer de « reprendre le point », c’est à dire de mettre une boule plus proche du but que l’adversaire. Si elle y parvient, c’est à nouveau à l’équipe A de jouer et ainsi de suite.

La marque: A la fin de chaque mène, il reste à comptabiliser les points. C’est l’équipe qui se trouve la plus proche du but qui marque un ou plusieurs points (si les trois boules les plus proches du but appartiennent à la même équipe, celle-ci marque trois points). Pour débuter la mène suivante, l’équipe qui vient de marquer des points lance le but et joue la première. L’équipe qui atteint treize points la première a gagné la partie._0005-17.jpg

Cas particuliers A la fin d’une mène, si deux boules adverses sont à égales distances du but, La mène est déclarée nulle. Aucune équipe ne marque de points. Celle qui avait lancé le but le relance et débute la mène suivante. Si le but est déplacé à plus de vingt mètres du cercle lors d’une mène, celle-ci est annulée. Là aussi, l’équipe qui avait lancé le but le relance et débute la mène suivante.

Les critères de choix d’une boule de pétanque
Son poids varie entre 650 et 800 grammes. Son diamètre est compris entre 70.5 et 80 mm. Sa dureté minimum est de 110Kg/mm². Son nombre de stries. Sa qualité d’acier inox, non-inox, acier au carbone...

Comment choisir ses boules ?
Quel type de joueur ?
Joueur occasionnel: Le joueur occasionnel joue principalement avec les boules loisirs plus légères que les boules homologuées et se marquant beaucoup plus aux chocs.
llore-del-mar-10.09_0023--2-.jpg


Joueur régulier Le joueur régulier jouera avec des boules dites de compétition.


CompétiteurSalies-du-Salat_0012-21.jpg
Le pointeur Le pointeur joue plutôt avec des boules : De petit diamètre pour offrir moins de surface au tireur. Lourdes pour un meilleur contrôle. Dures pour une meilleure longévité. Striées pour faciliter son arrêt sur terrain difficile.
Le tireur Le tireur joue plutôt avec des boules : De gros diamètre. Légères afin de limiter la fatigue. Tendres pour limiter le rebond et favoriser les carreaux. Lisses pour éviter « d’accrocher la boule » dans la main au moment du tir.
Le milieu le milieu joue plutôt avec des boules polyvalentes : D’un diamètre et d’un poids moyens. Mi-tendres. Lisses ou peu striées.

Les accessoires But, Sacoche, Double-mètre, Mètre à tirette, Chiffon, Ramasse boule, Marqueur de points.

 

 

Bien choisir ses boules


Elles doivent toutes être creuses, en métal, mesurer de 70,5 à 80 mm de diamètre et peser de 600 à 800 grammes. Mais selon votre technique de jeu (et votre caractère), vous avez le choix. Si vous êtes plutôt pointeur, une boule de petit diamètre et plutôt lourde (710 grammes minimum) est conseillée car son rapport poids-volume lui permet de mieux appréhender les variations du terrain. Si vous êtes tireur, optez pour un gros diamètre, qui vous donne plus de chance de toucher votre cible, et un poids léger (690 grammes maximum) qui permet de limiter les efforts au moment du lancer. Côté dureté de la boule, le choix est plus complexe. Les boules tendres absorbent mieux les chocs, donc sont plus « contrôlables », lorsqu’elles touchent le sol et permettent de meilleurs carreaux au tir. Inconvénient : elles s’abîment plus vite. Les dures, elles, rebondissent davantage mais vivront plus longtemps. Certains fabricants produisent aussi des « demi-tendres », plutôt tout-terrains. Dernier détail, les stries : elles peuvent être utiles si vous souhaitez que votre boule accroche mieux votre main. C’est souvent ce que préfèrent les pointeurs, les tireurs optant plutôt pour des boules totalement lisses.


De quelques sous à… 265 euros l’unité:


Vous êtes nul en pétanque ? Pas de problème, pour une poignée d’euros vous trouverez de quoi occuper vos après-midis entre amis. Pourtant, un petit tour dans les commerces de la Réunion laisse un peu le client sur sa faim. Nous avons tout de même trouvé des valises de boules pour débutants (Décathlon, Intersport, Go Sports…) pour une vingtaine d’euros les 8 unités. Chez Décathlon également les trois boules loisirs pour 45, 90 euros. Pour les joueurs un peu plus aguerris, toujours chez Décathlon, les trois boules loisirs pour 45, 90 euros ou 85, 90 euros. Mais selon les spécialistes, pour obtenir une bonne boule de compétition, comptez tout de même entre 50 et 150 euros. C’est surtout sur Internet que les joueurs réunionnais confirmés trouveront leur bonheur, notamment sur le site de la société Obut, au catalogue bien fourni. Pas moins de 23 références dans la rubrique « boules de compétition », la plus chère étant considérée comme la « Rolls des boules ». Elle s’appelle l’ATX et coûte la modique somme de 265 euros pièce. A ce prix, achetez aussi un coffre-fort.


Obut, un empire d’acier:


C’est le numéro 1 national de la pétanque (selon un sondage, 72 % des Français utiliseraient cette marque) et c’est également le leader mondial du marché. Obut affiche des mensurations à couper le souffle : 300 000 boules fabriquées chaque mois, ce qui représente 4 000 tonnes d’acier utilisées annuellement. Et la totalité de la production sort des usines de Saint-Bonnet-le-Château, dans la Loire, depuis maintenant plus d’un demi-siècle. C’est en effet en 1955 qu’un serrurier et un mécanicien, Frédéric Bayet et Antoine Dupuy, se lancent dans la fabrication de boules et déposent la marque Obut. Trois ans plus tard, ils se rapprochent d’un constructeur de fourches téléscopiques pour cyclomoteurs (!) : la famille Souvignet. Tout au long des années 60 et 70, Obut se transforme en véritable industrie, pour se muer en société anonyme en 1981. Dix ans plus tard, l’entreprise ouvre, sur son site de 12 000 m2, le musée international de la pétanque et boules. Le marché d’Obut se situe principalement en France (88 % des ventes), et le chiffre d’affaires se partage équitablement entre boules de loisirs et de compétition. Mais vous pouvez toujours chercher : si Obut montre volontiers comment sont fabriquées ses boules, elle garde jalousement les secrets de confection de ces aciers, « une douzaine de nuances », selon le site Internet de la société : « chacun de ces aciers possède une composition chimique spécifique très stricte mise au point par les ingénieurs Obut ». Quant au processus de fabrication, il est qualifié d’ » unique au monde ». Quand on vous dit que la pétanque n’est pas que de la rigolade.


Les accessoires qui tuent:


La chamoisine. Un simple chiffon pourrait sans doute suffire mais sur son site internet, la société Obut nous présente une sorte de nec plus ultra : l’essuie-boule « avec un côté épais pour nettoyer votre jeu ». Quant aux impressions de la marque, elles « offrent une meilleure accroche du côté de la main ». Il suffisait d’y penser.

La sacoche. Toutes les options sont possibles, en simple plastique, en mousse thermo-comprimée, en cuir. Ou encore, vu sur les terrains pays, la sacoche trois boules en tressage de vacoa, oté !

Le ramasse-boule. Un peu plus de 10 euros suffisent à se doter de cet outil qui peut vous éviter une scoliose.

 

Le stylo téléscopique mesureur et magnétique. Le trois-en-un ingénieux : tout en vous permettant d’inscrire les points, cet engin téléscopique vous aide à ramasser vos boules et ses graduations sont fort utiles en cas de litige. 11 euros sur le site Obut mais également un modèle vu dans les rayons de Carrefour à la Réunion (10, 58 euros).

Le marqueur de scores. Très binaire (Nous contre Eux) mais sans doute utilissime : 10, 87 euros chez Carrefour.

Le cercle. Pour éviter d’user les chaussures, le cercle en plastique ou en métal : et au moins, on est sûr que sa taille est conforme. Avec photo cercle

Partager cette page

Repost 0