Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié le 05/02/2014 à 03:49, Mis à jour le 05/02/2014 à 08:43

pétanque. Coupe de France. Saint-Alban-Navès dimanche à 14 heures.

Jean Toninato. /Photo DDM, Didier Pouydebat

Jean Toninato. /Photo DDM, Didier Pouydebat

Il était, tout comme Marie-Madeleine Clamens et Jean-Louis Raynaud, aux premières loges lorsque le Petit Poucet launaguetois poussa, voici une dizaine d’années (déjà !), la «dream team» mirandaise emmenée par Pierre Benoni dans ses tout derniers retranchements. Et si l’eau a coulé sous les ponts des quatre vallées, Jean Toninato, le manager du groupe «Elite» de l’AB Saint-Alban, n’a rien perdu de sa sagacité. L’occasion de faire le point avant le grand rendez-vous de ce dimanche 9 février face aux Tarnais de Navès. Bien à vous, maestro…

Que vous inspire la tournure globale des événements ?

Il est très important de replacer le parcours accompli en Coupe de France dans son contexte d’ensemble. Le maintien en championnat National des clubs a été acquis, les féminines se sont illustrées au même titre que les jeunes. La dynamique renvoie à une véritable osmose, à un véritable projet sportif dont les chevilles ouvrières et les bénévoles sont indissociables.

Si secret il y a au niveau de la Coupe de France, quel est-il ?

Tout part du rapport de confiance absolu entre un groupe et son staff. Je dis bien un groupe car l’ossature et le banc ne doivent faire qu’un. Je préfère, comme les rugbymen, parler de «feuille de match» que de «remplaçants».

Les pétanqueurs font souvent des comparaisons avec le ballon ovale ?

Oui, et à juste titre. Si le fait de recevoir est un avantage logistique, l’adaptation au terrain de glisse est valable pour les deux équipes. Et puis, il y a l’état de forme du moment, l’aspect analytique qui fait que certains ont une préférence pour telle ou telle épreuve spécifique comme le tête-à-tête ou pas.

Et le sens pédagogique du coach, chose que l’on met souvent en avant chez vous ?

Faire des choix et convaincre de leur pertinence, ce n’est pas toujours facile. Mais dans l’ensemble, le dialogue a prévalu et il s’agit pour moi de tirer la quintessence de notre potentiel. La carte de visite ne fait pas tout, vous savez.

Quid de la préparation proprement dite ?

Demain aura lieu le dernier entraînement dirigé. Après, c’est à chaque joueuse et joueur qu’il appartient de se hisser à la hauteur de l’événement. La motivation est aussi une affaire individuelle. En tout cas, le coup est jouable.

Recueilli par Philippe Alary

Tag(s) : #Coupe de France

Partager cet article

Repost 0