Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  Jojo-Rives.jpg

A l'occasion de ce début du mois de mars, date fatidique de l'ouverture de la pêche, j'avais envie de vous raconter cette partie de pêche avec Jojo.

A l'époque dans les années 1970 ma grand mère tenait en compagnie de ma mère le café restaurant de la place à Mancioux et le dernier dimanche de juillet pour la St Jacques se déroulait la fête locale.
Cette année là nous avions des invités à qui je voulais faire manger des truites sauvages.
La semaine précédente au cours d'une partie de pétanque au village de Roquefort sur Garonne, j'avais demandé à Jojo s'il pouvait m' attraper une douzaine de truites pour pouvoir satisfaire la gourmandise de mes hôtes, chose qu'il accepta sans même l'ombre d'une hésitation.
Le rendez vous fut pris pour le vendredi vers 15 heures et à 18 heures je commençais à piaffer d'impatience, toujours pas de Jojo ( à cette époque pas de portable) et soudain j'entendis le bruit caractéristique du moteur de sa citröen Ami 6 break, il avait été retardé dans son boulot à l'usine Lafarges.

éAllez Guitou allons y", me lança t-il (Jojo était l'un des seuls à ne m'avoir jamais appelé mimile) il préférait le diminutif de mon vrai prénom.
Nous voilà donc sur la route sans que je sache ou nous allions, je pensais que vu l'heure tardive( en sachant quand même qu'au mois de juillet le soleil se couche tard) peut-être le Gers ou le Job quand je le vis prendre la direction de St Girons peut-être le Salat, on passa sur le pont du Lez sans même y jeter un coup d'œil pourtant il semblait joli, il prit la direction de Massat, encore un doute à droite la vallée du Salat avec le Garbet et bien non via Massat et là à coup sur ce sera l'Arac et il était près de 19 heures.

Pas pressé mon Jojo, il alluma tranquillement une cigarette et enfin geste ho combien important pour lui, son fameux coup de peigne qui ramena ses cheveux (qui soit disant entre nous n'en avaient pas expressément besoin) brillantinés vers l'arrière, coquetterie oblige peu de gens ont vu dans leur vie Jojo mal peigné.
Il déplia patiemment sa canne en trois brins, chaussa ses cuissardes, passa son panier et son sac d'asticots autour du cou, le traditionnel chiffon sur l'épaule, il me confia l'épuisette et hop enfin au bord de l'eau.
J'étais un peu inquiet et le mot est faible car au bout d'une demi heure pas un poisson et pourtant il s'appliquait avec cette caractéristique bien particulière chez cet adroit gaucher, sa main en forme de crochet tenant élégamment le fil sur le côté pour détecter le moindre toc.
Je retrouvais d'ailleurs dans ce geste cette redoutable main gauche qui faisait de lui un adversaire redouté et redoutable à la pétanque.

« Ah j'en manqué une me dit-il, elles vont peut-être sortir » et à peine avait t-il prononcé cette phrase que le bout de sa canne se plia témoignage visuel d'une éventuelle prise, avec un geste très précis il la ramassa dans l'eau et c'est exactement le terme (ramasser) qu'il faut employer, j'ai toujours été admiratif de voir cette race de pêcheur pyrénéens capturer sans épuisette leur prise sans que celle ci ne se débatte dans l'eau, le bougre excellait dans cet exercice.
Et ça y était elles « cornaient » (mot particulier donné aux escargots quand ils sortent de leur trou pour se nourrir et ici prêté aux truites) une par ci une par la, je commençais à être rassuré car j'en avais compté une dizaine et je sus à ce moment la que Jojo allait encore une fois de plus gagner sa réputation de fin pêcheur.

La nuit était pratiquement tombée quand nous arrivions à la voiture et ce fut devant les phares que nous comptions les prises, seize magnifiques truites encore luisantes de fraicheur s'étalaient sur l'herbe verte.
Le retour se fit joyeux en détaillant soit la touche de celle la, la combativité de cette autre tout les superlatifs d'un pêcheur qui a réussi sa sortie, tous ceux qui liront ces lignes me comprendront.
Mon dieu que de souvenirs lointains, celui là m'a marqué à vie et j'y pense souvent , Jojo si de là haut tu nous vois sache bien une chose certains comme moi ne t'ont pas oublié.

Dupeyron Guy (dit mimile)

1a

Tag(s) : #Portraits

Partager cet article

Repost 0