Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié le 08/05/2013 à 03:48, Mis à jour le 08/05/2013 à 08:43

sur le gril. Tête à tête à Roquettes.

Momo Benamra, compétiteur dans l'âme./Photo DDM, D.Pouydebat

Momo Benamra, compétiteur dans l'âme./Photo DDM, D.Pouydebat

Il n'a que quarante-trois ans mais son sourire malicieux, son talent et sa faconde semblent faire partie intégrante du décor depuis toujours. Momo Benamra, l'icône de Lasbordes, évoque cette épreuve en solitaire pour laquelle il n'est pas spécialement préformaté. Encore que…

Croyez -vous à la dynamique de victoire, du genre Roquettes après Salies ?

Je n'en sais trop rien, mais, ce qui est sûr et certain, c'est que je suis très motivé.

Qu' a représenté, justement, ce sacre en doublette aux côtés de Joël Marchandise ?

Beaucoup de choses, puisque je ne l'avais plus remporté depuis 2003. J'ai connu Joël à travers un autre champion belge, Michel Van Campenhout, lors de sa parenthèse toulousaine. Ce titre, c'est celui de l'amitié.

Certaines rumeurs faisaient de vous un retraité de la pétanque avant l'heure, prêt à ranger les boules dans l'étui ?

Comme je faisais moins de nationaux, que je m'investissais moins, certains en ont tiré des conclusions. Et puis, les épreuves de la vie font que parfois la pétanque est reléguée au second plan. Mais vous savez, il y a toujours l'amitié assortie à la perspective de relever un challenge sportif. À Sassenage, il s'agira de ma vingt-sixième qualification.

L'amitié, c'est le fil conducteur de votre présence à Lasbordes ?

Exactement, Marcel Perez est comme un deuxième père pour moi. Nous misons sur cette ambiance pour faire un bon parcours en Coupe de France.

Quid du tête-à-tête ?

C'est très spécial comme jeu, je conçois davantage la pétanque en équipe. On se sent vraiment très seul, ce n'est pas qu' une évidence. Tout peut aller très vite, dans un sens comme dans l'autre, mais surtout pour celui qui décroche. Le naufrage est immédiat, sans appel !

Un tireur pur est-il avantagé par rapport à un milieu polyvalent comme vous ?

Oui, de façon générale. Mais attention, sur une surface aussi sélective que celles de Roquettes, celui qui ne pointe pas ou mal n'a aucune chance d'aller au bout.

Vous n'êtes pas un forçat de l'entraînement ?

Je ne m'entraîne jamais, c'est vrai. Je suis plutôt du genre à vivre sur mes acquis.

Recueilli par Ph. Alary

Tag(s) : #Portraits

Partager cet article

Repost0