Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié le 30/01/2013 03:50

Michel Le Bot : «La vie continue»

pétanque. Élections fédérales. L'heure du débriefing avec le président du CD 31.

Michel Le Bot : « J'accepte la défaite. »./ Photo DDM, Didier Pouydebat - Tous droits réservés. Copie interdite.
Michel Le Bot : « J'accepte la défaite. »./ Photo DDM, Didier Pouydebat ()

Michel Le Bot : « J'accepte la défaite. »./ Photo DDM, Didier Pouydebat

Malgré son échec électoral montalbanais de samedi dernier à la présidence de la FFPJP, Michel Le Bot, certes déçu mais néanmoins serein, garde le moral. Et nous dit pourquoi.

Président, quel est votre sentiment ?

Je ne ressens ni amertume ni tristesse, simplement une part de déception. J'ai mes convictions, je les ai exprimées et défendues, dans un contexte difficile du fait, entre autres, d'un mode de scrutin marqué par la primauté de l'homme sur le projet. J'accepte cette défaite dont je me sens seul responsable et qui relève d'une démarche démocratique.

L'autoflagellation, ce n'est votre tasse de thé ?

Non, pas plus d'ailleurs que l'adhésion à un consensus mou. La pétanque existait avant moi, elle continuera après moi. J'estime que celui qui veut toucher la lumière doit accepter l'ombre. J'ai reçu beaucoup de témoignages de sympathie, de soutien, qui m'ont beaucoup touché.

Le grand public de la pétanque cultive à l'envie l'image d'un milieu conservateur ?

Il se peut que le thème de la prime au sortant soit à prendre en compte, effectivement. En tout cas, j'ai fait un choix, celui d'aller au bout de mes convictions, partant du principe qu'un discours ne peut être monolithique. Voilà pour quoi je souhaite bonne chance à la nouvelle équipe, en espérant qu'elle soit à l'écoute des aspirations de la base.

Comment comptez-vous rebondir ?

Je pense que l'image de la continuité est plus appropriée que celle du rebond. Être élu pour être élu, cela ne m'intéresse absolument pas.

La vox populi s'est beaucoup orientée vers vous au niveau d'un éventuel mandat régional ?

Non seulement Alain Garcès fait du très bon travail, mais j'estime qu'une double casquette de président de comité et de président de ligue, ce n'est pas compatible avec l'idée que je me fais du pluralisme. Un président de ligue doit être dégagé de tout ancrage départemental, à plus forte raison lorsqu'il s'agit d'un comité aussi influent que celui de Haute-Garonne.

Une nouvelle candidature à la fonction suprême est-elle du domaine de l'envisageable ?

À vrai dire, je n'en sais rien. Je n'ai pas pris de décision. Tout dépendra du mode de scrutin. Je vous le répète, celui actuellement en vigueur (uninominal à un tour, N.D.L.R.) ne me correspond pas !

Recueilli par Ph. Alary

CD 31:
"Les élections à la FFPJP ont rendu leur verdict. Même si la déception au vu des résultats est un sentiment légitime, il est important de regarder devant nous et de continuer à œuvrer afin que le CD 31 soit toujours une place forte et incontournable de la Pétanque et du Jeu Provençal.

3112221973 1 3 zgzSihIQa

Je remercie toutes les personnes qui, avant ou après les élections, m’ont manifesté leur soutien. J’ai le sentiment d’avoir défendu mes convictions dans un contexte peu démocratique et une certaine vision des Sports que j’aime.
Sans amertume ou tristesse, continuons le travail engagé. Ce week-end de janvier n’était qu’un épiphénomène, dans un monde où des sujets bien plus cruciaux ne manquent pas.
Je souhaite bon vent à la nouvelle équipe et nous resterons vigilants sur les préconisations et les orientations à venir."

Michel LE BOT, Président du CD31

CR de presse du Congrès National de MONTAUBAN PDF Imprimer Envoyer
montaubanSamedi 26 janvier 2013 au Congrès National de MONTAUBAN, le monde de la Pétanque et du Jeu Provençal a élu le Comité Directeur Fédéral qui va présider aux destinées de son sport pour les 4 années à venir ... Clic sur pour découvrir l'article paru dans La Dépêche du Midi du CD82 en date du 27/01/2013 ...

Alain Cantarutti réélu
Une salle debout accueille Alain Cantarutti. Il est peu avant midi hier et le président sortant de la Fédération française en reprend pour quatre années supplémentaires. Et c'est particulièrement ému qu'il s'avance vers le micro pour son premier discours de président réélu : «Je vous remercie chaleureusement pour ce résultat. Je tiens également à adresser un salut particulier à toutes celles et ceux qui se sont présentés aujourd'hui (ndlr : au comité directeur) et les trois nouveaux qui ont été élus et qui nous rejoignent donc. Il faut un certain courage pour se présenter à une élection et vous l'avez eu. Je suis extrêmement ému de la confiance que vous m'accordez de nouveau et je vous assure qu'on va faire le boulot. Après avoir ramené le calme et la sérénité nous allons continuer à travailler pour que ces sports avancent et que l'on soit encore plus reconnu». Cette fois-ci pas de souci de vote et pas question de prendre la direction de l'Assemblée nationale pour être élu (après deux jours de débats houleux, le Congrès national d'il y a quatre ans n'avait pas permis d'élire un président, ce qui avait entraîné un second vote). C'est donc devant tous les Comités nationaux qu'Alain Cantarutti pouvait savourer pleinement son triomphe.

La déception de Michel Le Bot
Conclusion logique d'une élection qui n'aura finalement souffert d'aucun suspense. En concurrence avec Alain Cantarutti le président du Comité de Haute-Garonne Michel Le Bot ne se faisait sans doute plus guère d'illusions après son large échec dans sa tentative d'intégrer le Comité directeur. «Je suis déçu de ne pas intégrer le Comité directeur. C'est un résultat logique auquel nous avons assisté aujourd'hui. Quand on se présente c'est pour gagner mais on ne peut jamais préjuger d'un résultat. Je remercie tous ceux qui ont porté leur suffrage sur mon nom et je vais poursuivre mon travail de développement de notre discipline. J'ai défendu mes idées, elles n'ont pas été suivies, tant pis. Cela ne m'empêchera pas de regarder attentivement et de participer activement au travail de la Fédération. La Fédération française doit faire un effort sur le renouvellement de ses cadres ; il est aussi important d'instituer un scrutin de liste» explique Michel Le Bot. Quant à savoir s'il se représentera dans une olympiade, le sourire ne laisse aucun doute sur la réponse : ce sera non.
Hier après-midi on pouvait alors passer aux questions-réponses des Comités. Désormais la Fédération française de pétanque et de jeu provençal peut poursuivre son action dans la plus totale sérénité.


Une grande première pour Laurent Rougier
Le président du Comité départemental de Tarn-et-Garonne était impatient. Mais c'est finalement assez facilement qu'il a été élu pour la première fois de sa vie au Comité directeur de la Fédération française, chez lui, à Montauban : «C'est une bonne nouvelle (sourires). Rien n'est jamais joué d'avance. Je suis vraiment très heureux d'être élu. Cela fait toujours plaisir de voir que le travail que vous faites est reconnu par les autres Comités. Mais être élu n'est pas une fin en soi bien évidemment et cela implique des obligations. J'ai des idées et des projets. Mettons-nous maintenant au travail» expliquait Laurent Rougier, aux côtés d'Alain Cantarutti. Un Laurent Rougier qui rajoute : «Écrivez bien que je ne laisse pas tomber le CD82. J'estime que je peux apporter à la FFPJP mais nous avons encore beaucoup à faire au CD82 et je continuerai à m'impliquer». Et comme il y a toujours à faire Laurent Rougier peut désormais s'impliquer à fond dans l'organisation du championnat du monde jeune prévu fin août au cours Foucault.
Tag(s) : #Haute-Garonne

Partager cet article

Repost0