Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

  • Céline Bandiera (à gauche) tout sourire.
    Céline Bandiera (à gauche) tout sourire. Photo DDM, Valentine Chapuis.
Publié le  , mis à jour 

Ceux qui espéraient des retrouvailles au sommet, le 18 juillet prochain, entre, d’un côté, Audrey Bandiera, aujourd’hui associée à Colombet et Roux dans le Puy-de-Dôme, et, de l’autre, ses ex-coéquipières Cazériennes de la glorieuse campagne saverdunoise en ont été pour leurs frais. Ainsi, un véritable coup de tonnerre a retenti du côté de Saint-Orens samedi dernier lorsque Emilie Vignères et Cindy Peyrot ont baissé pavillon, alors que la phase finale ne faisait que commencer. Ironie du sort ou clin d’œil du destin, c’est une autre Bandiera qui a sonné le glas de celles qui font désormais équipe avec Anaïs Lapoutge ! Céline en l’occurrence, véritable chef de file d’une formation ramonvilloise qui aura tiré les leçons de son échec en poule (5-13) face à cette même dream team cazérienne.

Il y a deux ans, Mélanie Borja et Marie Cieutat avaient mis, on s’en souvient, le nez à la fenêtre baziégeoise en compagnie de Dominique Jacovella. En cet avant-dernier samedi de juin, le trio cher au bon président Razès ne s’est pas contenté d’un simple coup d’épée dans l’eau. Hormis quelques sueurs froides (2-9) lors du cadrage qui les opposait aux ambassadrices de Martres- Tolosane, le reste du parcours qualificatif n’aura été qu’une simple formalité : 13-2 en quart de finale, 13-1 au tour suivant. Certes c’est l’autre constellation cazérienne (Biau, Hemery, Tairio) qui s’est emparée de la couronne mais l’essentiel était acquis à savoir, une qualification pour le rendez-vous national. Même topo si l’on peut dire en ce qui concerne Debbie Hemery.

La légendaire basketteuse franco-américaine passée par Madrid a vaincu le signe indien (c’est le cas de le dire) comme on se débarrasse d’une malédiction. Pourtant, lorsque les protégées de Gilles Rey ont senti elles-aussi le vent du boulet (0-9 !) le samedi, il y avait de quoi se demander si l’horrible cauchemar de l’élimination n’était pas de retour mais les Roquoises n’ont pu enfoncer le clou et la logique des pronostics a été respectée. De quoi former une belle délégation que Gilbert Ducassé – ancien président de Ramonville- se fera un plaisir de piloter sur le littoral héraultais.

La Dépêche du midi
Tag(s) : #Haute-Garonne

Partager cet article

Repost0