Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

  • Tel un signe fort du destin, Torea Tairio et Toutoune Faurel avaient déjà brillé chacun de leur côté il y a deux ans à Lavernose.Tel un signe fort du destin, Torea Tairio et Toutoune Faurel avaient déjà brillé chacun de leur côté il y a deux ans à Lavernose.
    Tel un signe fort du destin, Torea Tairio et Toutoune Faurel avaient déjà brillé chacun de leur côté il y a deux ans à Lavernose. Photos DDM archives Valentine Chapuis.

Publié le  , mis à jour 

l'essentielJamais deux sans trois aux confins du Volvestre puisqu’après ceux en triplette, masculine et féminine, un nouveau titre entre six et dix mètres offre aux Cazériens le leadership le plus sensationnel de l’histoire du département.

"Et à la fin, ce sont toujours eux qui gagnent…". Qui donc ? Les footballeurs allemands de la fin du siècle dernier, d’après Gary Lineker ? Les intouchables, les implacables rugbymen du Stade Toulousain ? Mais non voyons, ce sont des pétanqueurs de Cazères que nous voulons parler. Un peu comme les Indiens des bons vieux westerns de l’époque, plus il en tombe, et plus ils reviennent à la charge. Au tapis, Cindy Peyrot, qu’une méchante rumeur propagée par les ondes de "Radio-Boulodrome" annonce d’ores et déjà sur le départ ? À la trappe, Anaïs Lapoutge, pourtant associée à un Rocky Rathqueber dont on sait qu’il manque très rarement la cible ? Fratricide, la confrontation opposant, à un stade pour le moins avancé de la compétition, le tandem emmené par Anthony Maffescioni à celui piloté par Paul Faurel ? Intempestif, l’aller/retour effectué depuis Balma par Gilles Rey pour la bonne cause vestimentaire ?

 

La ronde infernale des chariots rouges
La ronde infernale des chariots rouges

 

Certes oui. Mais qu’à cela ne tienne, les camelots de passage sur les bords de l’Hers le week-end dernier pouvaient s’égosiller "Même quand il y en a moins, il y en a encore !" tellement les parcours conjoints des rescapés ont marqué les esprits. Un peu à l’image d’Emilie Vignères, qui abattait sa toute dernière carte au regard des coupes sombres effectuées par la FFPJP bien malgré – elle dans la liste des championnats de France. La fabuleuse série en cours (2 015,2016, 2017, 2018, 2019, 2021) se poursuit pour celle qui participe au moins à une épreuve d’envergure hexagonale depuis le premier plongeon, sous les couleurs de Lévignac, dans le grand bassin montalbanais.

Et si pour sa part Torea Tairio avait un peu moins de pression puisque le billet pour Palavas avait été composté en bonne et due forme il y a dix jours, un cyclone peut toujours en cacher un autre dans l’Océan pacifique. Les adversaires n’étaient pas quantité négligeable, loin s’en faut même (Neveton et Périssé, les Aspétois, ont formé le dernier carré au même titre que Sournac et Sadouet) mais l’insatiable appétit de l’ogre ne leur a laissé que les miettes. Chronique d’un festin annoncé ? Rassurez-vous amis lecteurs, samedi et dimanche prochain à Fenouillet, les protégés du président Gros – l’autre roi René, en quelque sorte- n’ont pas prévu de reprendre à leur compte l’air des lampions : "On a gagné, on a gagné…".

Résultats

Demi-finales : Tairio/ "Toutoune" Faurel (Cazères) bat Neveton/ Périssé (Boule du Cagire) 13-8 ;Vignères/ Paul Faurel (Cazères) bat Sournac/ Sadouet (Lapujade) 13-0.Finale : Tairio/ Toutoune Faurel bat Vignères/ Paul Faurel 13-6.

Philippe Alary

Tag(s) : #Canton de Cazères, #pétanque, #Haute-Garonne, #Championnats Haute-Garonne

Partager cet article

Repost0