Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • Sous le regard attentif de Pierre-Noël Arcangeli, les présélectionnés peaufinent les réglages. / DR

     

Sous le regard attentif de Pierre-Noël Arcangeli, les présélectionnés peaufinent les réglages. / DR

Publié le , mis à jour

Pour l'heure, au sein du quartier général de la Ville rose, nul ne peut affirmer que le dossier toulousain sera validé en vue de la prochaine édition du Trophée des Villes prévue à Valence- d'Agen dans un peu plus de trois mois. Une chose est certaine cependant, sous l'impulsion de Raymond le Manac'h et de Pierre-Noël Arcangeli, le processus de sélection a été revu de fond en comble. «Le précédent ne nous satisfaisait pas, d'où cette volonté de présenter un nouveau projet sportif», explique le premier nommé qui se réjouit d'avoir vu Didier Furton s'associer au binôme. «Rien ne se fait sans l'accord du CD 31 qui, je le souligne, a tout validé», explique celui qui, fort de son expérience autunoise de l'automne 2017 en tant que délégué, est aussi le président d'Auzeville : «Un comité de sélection a été mis en place, ce qui n'est jamais que la copie conforme de ce que qui se fait dans n'importe quel sport de haut niveau.»

Cinq délégués (Francis Ricard, Thierry Lacroux, Raymond Le Manac'h, Pierre-Noël Arcangeli, Frédéric Debezi, ce dernier étant tout particulièrement affecté au suivi des jeunes), un coach (Didier Furton) et voilà que les contours de la feuille de route se dessinent sans plus attendre. Le 13 juillet dernier, ils étaient huit à effectuer un travail spécifique en terres roquettoises. Cinq seniors («Polo» Faurel, Sony Faurel, son cousin, «Bambi» Schmitt, Mickaël Bonnaud), et trois joueurs âgés de moins de 22 ans : Bryan Faurel, Christophe Demeter et Teddy Combres. Huit joueurs qui ont signé une charte d'engagement dans laquelle il a forcément été question de représentativité, attitude exemplaire à l'appui. «L'adhésion bien perceptible de ce groupe qui sera resserré à six unités après Luchon (quatre titulaires, deux remplaçants) est un signe fort», conclut Raymond le Manac'h, optimiste et nullement affecté par certaines critiques émises çà et là sur les réseaux sociaux : «Il fallait bien faire un choix, qui plus est dans un certain délai, et il se trouve que le championnat de France qui s'est déroulé à Fréjus a correspondu à la limite chronologique.»

Voilà qui est clair, dans l'esprit du président du comité de sélection comme pour tous les inconditionnels de la plus somptueuse vitrine automnale de la discipline.

Ph. A

Tag(s) : #Haute-Garonne

Partager cet article

Repost0