Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • Les œuvres complètes de Cindy Peyrot ont recalé toutes les candidates au titre suprême./ Photo DDM, Valentine Chapuis.

     

Les œuvres complètes de Cindy Peyrot ont recalé toutes les candidates au titre suprême./ Photo DDM, Valentine Chapuis.

Publié le , mis à jour

Son visage juvénile et conquérant évoque celui d'une reine de cœur. Mais c'est l'atout carreau qu'elle brandit, en guise de sceptre, de son implacable main gauche, qui retient l'attention. Assurément, Cindy Peyrot accumule les performances saluées par des tonnes de «bravo !».

Qu'avez-vous ressenti, dimanche dernier ?

Beaucoup d'émotion ! Même si j'ai mûri depuis 2015, même si je m'attendais davantage à celui obtenu dimanche dernier qu'à celui de Montauban, un titre, c'est toujours bon à prendre. Surtout lorsqu'il s'agit d'une première saison avec mon équipe, dans ce club où je me sens déjà si bien.

Justement, vous avez tenu à manifester beaucoup de gratitude envers l'encadrement dans son acception la plus vaste ?

Franchement, je n'avais jamais reçu un tel accueil où que ce soit depuis mes débuts. Le président (René Gros, ndlr) et le vice-président (Gilles Rey) sont au top du top, à l'image du père d'Emilie, le délégué qui était aux petits soins pour nous. De la part d'un comité aussi grand et avec autant de licenciés que celui de Haute-Garonne, cela méritait vraiment d'être souligné. Si la discipline sportive ne fait pas l'objet d'autant de reconnaissance que nous le souhaiterions, en tout cas, sur le seul plan des relations humaines, il y a tout lieu d'être comblée. Comme une star !

L'équipe de France, vous y pensez un peu plus encore, notamment de par le duel nettement remporté aux dépens de Charlotte Darodes sur le pas de tir ?

En fait, j'ai réintégré le groupe tricolore depuis janvier dernier. Je ne me mets aucune pression par rapport au verdict qui tombera prochainement à Objat en vue du championnat du monde au Cambodge. Si je suis retenue, tant mieux, et si tel n'est pas le cas, la vie continuera. Vous savez, je garde les pieds sur terre, il ne s'agit jamais que de pétanque. Et je tiens à dire qu'aucun rapport de concurrence ne m'oppose à Charlotte, dont le père (James, ndlr) m'a vu naître.

Le cas de figure d'une confrontation face à l'équipe de Nadège Biau aurait-il correspondu à un scénario catastrophe, à un cauchemar ?

Non, absolument pas. Championnat de France ou pas, une partie reste une partie, avec un gagnant et un perdant. C'est la loi du sport, et rien d'autre.

Recueilli par Philippe Alary

Tag(s) : #Canton de Cazères, #Championnats de Ligue et de FRANCE

Partager cet article

Repost0