Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • Comme la coupe est bien dans la main droite de Raymond Joseph. Robert Munguia et les frères Faurel apprécient./ Photo DDM, Zoé Gauthier.

     

Comme la coupe est bien dans la main droite de Raymond Joseph. Robert Munguia et les frères Faurel apprécient./ Photo DDM, Zoé Gauthier.

Publié le

«Une belle équipe, complète et bien équilibrée». Voilà comment Christian Thomar, le néo-Fenouillétain, a salué la nouvelle consécration, dimanche dernier, du jeune trio emmené par celui dont il est le parrain, Bryan Faurel en l'occurrence. Associé à son grand frère Sony (autant dire au passage que les fils de Michel ont devancé leur oncle, Alfred dit «Kiki !») et à Raymond – Joseph (le fameux «daim» passé lui aussi par Buffebiau) pour le meilleur, cela va de soi. Les tombeurs de Tyson Molinas, Savin et Malbec à Strasbourg, en septembre dernier, sont donc remontés sur la plus haute marche. Alors certes, la finale ne se jouant pas à l'ombre du couperet, d'aucuns diront que la plus grosse montée d'adrénaline se produit en quart de finale. Et ce dans la mesure où tous ceux qui se présentent dans le dernier carré sont sûrs et certains de se rendre à Fréjus, dans un peu plus de deux mois. Il n'empêche, de Castelginest à Fenouillet, de Revel à Miramont-de-Comminges, la passerelle mérite bien d'être ornée du fameux tapis rouge. Satisfecit également pour les autres qualifiés. Christophe Burkler, Alessandro et «Bambi» Schmitt (Raphaël-Parc), Albert Bauer, «Polo» et «Kiki» Faurel (le parcours des Villématiérains était en quelque sorte la clé de voûte de cet épisode commingeois), sans oublier bien sûr ni les Saint-Lysiens (Garcia, Alias et Baptiste Darnaud, autre bel exemple de vitalité en ce qui concerne la relève) ni les incontournables Cazériens. Le tir de barrage de Philippe Mazas, «Balou» Klein et Robert Demeter aura été fatal à une sympathique et talentueuse formation en provenance de Gaillac-Toulza que pas grand monde n'attendait à pareille fête compte tenu de la consistance du plateau en lice. Cédric Bourdieu, Arnaud Coulomb et Cyril Balondrade sont tombés tête haute et armes à la main. Rendez-vous, parité oblige, sur les bords de l'Aveyron le jeudi de l'Ascension. Quelque chose nous dit en effet que celle des pétanqueurs haut-garonnais dans les cieux d'Occitanie est loin d'être terminée.

Tag(s) : #Championnats Haute-Garonne

Partager cet article

Repost0