Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

  • Coralie Bernard (au centre) indique la marche à suivre à Toréa Tairio et Nadège Biau (à droite), aucun risque d'aller ailleurs que dans la bonne direction. Celle de Saverdun, en l'occurrence./ Photo, Valentine Chapuis

Coralie Bernard (au centre) indique la marche à suivre à Toréa Tairio et Nadège Biau (à droite), aucun risque d'aller ailleurs que dans la bonne direction. Celle de Saverdun, en l'occurrence./ Photo, Valentine Chapuis

Publié le

Impossible, pour qui se rend du côté du boulodrome de Baziège, de ne pas lever le nez à un moment ou à un autre en direction de l'imposant et vénérable bâtiment de la «coopé» agricole et d'en éprouver émotion et admiration. D'une certaine manière également, pour les Cazériennes, l'heure était, qui au stockage, qui à la fructueuse moisson. Sans que nul ne s'avise de comparer la prestation, au stade des quarts de finale, d'Audrey Bandiera, d'Emilie Vignères et de Cindy Peyrot, à un chef-d'œuvre en péril.

Lorsque la première nommée, d'une reprise ajustée au millimètre, a stoppé l'hémorragie (4-0, puis 4-1), d'aucuns ont cru que le duel au sommet du Grand Huit était lancé, pour de bon. Il n'en fut rien.

Des carreaux par quintaux pour Toréa Tairio

Avec Pierre Salviac, il était question, jadis, de cabane tombant sur le chien. Dans le Lauragais, on dira que le contenu du silo a enseveli des favorites il est vrai à des années-lumière de leur tout meilleur niveau.

Du bon grain à moudre donc pour Coralie Bernard, Nadège Biau et Toréa Tairio victorieuses en l'espace de quelques mènes (10-1, 11-1, 13-1) des autres protégées de René Gros puis des Ramonvilloises et, sur la dernière marche de Launaguéttoises aussi valeureuses que méritantes tant leur succès aux dépens des infortunées Columérines («poor» Debbie Hemery !) ne coulait pas de source. Sandra Gabani, Nathalie Pitot et Morgane Perez iront à Saverdun représenter le CD 31.

Leurs «victimes» se présenteront au rattrapage aveyronnais (voir encadré ci-dessous) au même titre que l'inénarrable Dominique Jacovella, Marie Cieutat et Mélanie Borja d'un côté, et, de l'autre, Audrey Bandiera, Emilie Vignères et Cindy Peyrot. Un dernier joker à ne pas griller – comme du pop-corn - sous peine de rester sur le carreau.


Deux pour le prix d'un... seul et même trajet

Dimanche dernier, sitôt connu le verdict des quarts de finale, les regards des vaincues se sont tournés vers l'échéance régionale villefranchoise du 30 mai prochain. Laquelle, renseignement pris, délivrera deux billets pour le championnat de France. Elargissement à treize du nombre de départements ou pas, c'est le statu quo qui,quantitativement parlant , prévaut par raport à l'an passé. En effet, tant à Foix qu'à Mende, chacune des commissions territoriales auxquelles les aficionados s'étaient habitués (Midi-Pyrénées d'un côté, Languedoc-Roussillon de l'autre) avait qualifié les lauréates et elles -seules. Ainsi, tandis que la formation catalane emmenée par Manon Delpage avait composté le dit billet lozérien, dans le haut-lieu ariégeois noyé sous les trombes d'eau, Carole Lanciego et ses colistières lotoises avaient barré la route de Figeac au trio cazérien composé de Picard,de Vignères (notre photo Valentine Chapuis) et de Coralie Bernard.

Tag(s) : #Canton de Cazères, #Championnats Haute-Garonne

Partager cet article

Repost0