Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

  • Les stars de la pétanque tricolore Dylan Rocher (à droite) et Henri Lacroix ne pourront faire briller les couleurs tricolores aux Jeux olympiques./ Photo DDM archives, Manu Massip.

Les stars de la pétanque tricolore Dylan Rocher (à droite) et Henri Lacroix ne pourront faire briller les couleurs tricolores aux Jeux olympiques./ Photo DDM archives, Manu Massip.

Publié le

l'essentiel

La nouvelle est tombée comme un couperet : la pétanque comme sport de démonstration à Paris semblait une évidence. Pour certains, ce n'est pas le cas...

Comme vous avez pu le voir ou l'entendre ces derniers jours, la Comité d'organisation des Jeux olympiques de «Paris 2024» n'a pas retenu notre discipline dans les sports additionnels pour les JO 2024 à Paris. Le COJO a estimé que le «breakdance» était plus représentatif et correspondait plus à la nouveauté, la créativité et le mélange d'une culture et d'un sport athlétique qui concerne et fascine la jeunesse. Comme l'esprit olympique est le fair-play, restons-le et félicitons cette nouvelle discipline.

Cela n'a tout de même pas empêché Joseph Cantarelli, le président de la Fédération française de pétanque et de jeu provençal, de réagir : «Comme vous toutes et tous j'accuse ce que nous ressentons comme un «coup dur» qui vient de frapper notre intime conviction de voir les Sports de boules et donc notre sport pétanque entrer, sur nos terres, aux JO de Paris. Comme quoi les critères d'entrée aux JO ne sont plus exclusivement liés aux valeurs fondamentales du sport en tant que tel mais plutôt et de préférence au seul succès médiatique d'un sport ou d'une «pratique» auprès de la jeunesse. Ainsi va l'évolution de nos sociétés. Je ne critiquerai pas le choix du COJO et ne ferais pas de comparaison avec les autres disciplines retenues. Nous sommes heureux pour elles et les félicitons. Il semble que la promotion de notre sport pourrait être assurée au cours des JO de Paris et si c'était une réalité nous répondrons présents. Bien que profondément déçu, je veux rester concentré sur les valeurs véhiculées par notre sport pétanque et son développement. Nous continuerons dans cette voie sans relâche en ne pensant qu'à étendre notre pratique toujours plus avant et plus fort. C'est ce qu'attendent nos adeptes, pratiquants, joueuses et joueurs de tous niveaux. Nous ne lâchons rien quant à nos participations aux manifestations internationales et renouvellerons notre candidature à toutes autres formules continentales ou planétaires qu'elles soient de nature olympiques, paralympiques ou non. Nous tenons ici à remercier notre président de la CMSB Claude Azéma et les membres du COJO, athlètes des autres sports, personnalités de tous bords, des efforts menés sans relâche en faveur des sports de boules et leurs en sommes reconnaissants. Nous sommes et restons fiers d'être une discipline historique de la nation et un sport pour toutes et tous reconnu de haut niveau capable de faire rayonner la pétanque et la France sur la planète. Vive la pétanque et le jeu provençal».


«Une grosse amertume»

Ancien président du Comité départemental de Tarn-et-Garonne et membre du comité directeur de la Fédération française, Laurent Rougier tient lui aussi à exprimer sa déception : «Je ne peux qu'avoir une grosse amertume de choix. Il faudra qu'on m'explique les critères de notre refus à être dans les sports additionnels. Notre discipline pouvant être jouée par toute la population, que l'on soit dans l'amateurisme, valeur fondamentale de l'esprit olympique, il me semble, et la compétition de haut niveau».

La Dépêche du Midi Tarn et Garonne

Tag(s) : #France, #Pétanque

Partager cet article

Repost0