Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

,

 

Émilie Vignères et Audrey Bandiera connaissent la feuille de route./ Photo DDM
Émilie Vignères et Audrey Bandiera connaissent la feuille de route./ Photo DDM

Rumilly, Saverdun et Dijon. Non, il ne s'agit pas du triptyque appelé à piéger un éventuel spécialiste de topographie urbaine, mais du cheminement, dans l'ordre chronologique, qui attend la fine fleur en provenance de tout l'Hexagone et des DROM, l'été prochain. Le site haut-savoyard sera à l'honneur les 6 et 7 juillet comme il le fut il y a deux ans via la doublette mixte. Quinze jours plus tard, cap sur ce que les autochtones appellent volontiers la Basse-Ariège. En 2017, c'est Ax-les-Thermes qui avait accueilli, à une semaine d'intervalle, la catégorie «Promotion» puis les triplettes féminines.

Mais pour cette nouvelle édition, c'est à Saverdun qu'il faudra se rendre. On se souvient qu'en mai 2017, la session midi-pyrénéenne organisée par l'équipe réunie autour de Bruno Picazo avait été couronnée d'un franc succès, avec des infrastructures aptes à satisfaire aussi bien les compétiteurs que les spectateurs. Saverdun, un excellent souvenir pour Audrey Bandiera et Emilie Vignères, qui avaient composté l'unique billet pour Carmaux.

On note, après examen attentif du calendrier, que la dite configuration en triplette «recule» de trois semaines par rapport à la précédente édition figeacoise.

Statu quo en revanche en ce qui concerne le tête-à-tête, plus que jamais associé à la doublette masculine. Le baisser de rideau aura pour théâtre Dijon, les 31 août et 1er septembre 2019.

Un long déplacement pour la future «reine de Garonne», sachant que le CD 31 est vacciné de par les récentes attributions, qui à Saint-Avold (2014), qui à Lanester (2016).

Tag(s) : #Championnats Ligue et France 2011 2012, #Ariège

Partager cet article

Repost0