Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

,

Boules - À la une.

Paul Faurel est le symbole d'une continuité dont tout le monde ne peut se targuer. Loin s'en faut, même ! / Photo Zoé Gauthier
Paul Faurel est le symbole d'une continuité dont tout le monde ne peut se targuer. Loin s'en faut, même ! / Photo Zoé Gauthier

On imagine aisément le mélange de joie et de soulagement côté haut-garonnais lorsqu' a été divulguée la liste des heureux élus appelés à participer à la dix-huitième édition du Trophée des Villes, dans deux mois, du côté de Montluçon. Entre le «R» (comme Romorantin) et le «V» (comme Valence) de l'alphabet, il y a bien le T de Toulouse.

Une belle marque de confiance de la part des organisateurs, et, surtout, un gage de continuité dont tout le monde ne peut se prévaloir. Jugez plutôt : Ajacciens (en dépit de la présence de «Fara» N'Diaye, l'international sénégalais), Niçois (pourtant vainqueurs de la Coupe de France), Amiénois, Strasbourgeois, Dijonnais, Limougeauds, Calaisiens et autres Bourguignons ont disparu (provisoirement ?) des écrans radars au même titre que les Clermontois. Mais oui, Clermont-Ferrand, lauréat du Grand Prix (l'équivalent du «B» ou du concours complémentaire, en plus luxueux) dans le sillage de l'immense Philippe Suchaud (qui vient de reconquérir la couronne mondiale au Canada sous la bannière tricolore) et de Charles Weibel dit «Claudie» (en lice, du fait de son départ pour Rumilly, avec Annecy, ouf !), ne figure ni sur la grille de départ ni sur la liste d'attente ! Comme quoi…

Loin de nous l'idée de mettre une quelconque pression sur les épaules de Paul Faurel, Frédéric Abruzzo, Albert Bauer, Tony Escudero et de Didier Furton, leur excellent mentor. Mais pour espérer se retrouver à Valence d'Agen (la piste semble sérieuse) fin 2019, les Toulousains devront faire au moins aussi bien qu'à Autun, l'an passé. Tout porte à croire qu'un comportement irréprochable ne suffit pas à s'attirer les faveurs du staff piloté par Maryan Barthélémy.

Les Manceaux et leur icône Bruno Rocher, après de longues années de purgatoire, ne nous contrediront certainement pas.


De la proximité à l'éloignement

L'Allier et la Saône-et-Loire ont beau être deux départements limitrophes, l'absence très probable, à ce jour, des protégés de Robert Dutronc ne va pas manquer de faire couler son lot d'encre et de salive. En effet, Châlon sur Saône n'apparaît qu'en… troisième position sur la liste d'attente derrière Boulogne-Billancourt et Laon. Autrement dit, les chances de revoir par exemple Gaëtan Dufeu (notre photo, Salvatore Barletta), consacré au printemps dernier sur le pavois départemental avec Saint-Germain-du-Plain, sont du domaine de l'infime. Comme quoi le prestige associé à la carte de visite ne fait pas tout. Ainsi, des formations composées de joueurs peu connus en provenance d'Auxerre, de Dinan, de Lorient ou de Pontarlier vont se retrouver dans la cour des grands parmi les sommités de Draguignan, de La Rochelle, sans oublier les deux formations bourbonnaises respectivement emmenées par Christian Fazzino et Allain Samson Mandimby, le prodige malgache.

Tag(s) : #Haute-Garonne, #Grands concours Masters

Partager cet article

Repost0