Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

,

Boules - Pétanque. Le retour d'une légende.

Ici aux côtés de Michel Ferrand, «Coco» Lagarde (à d.) se lance dans une nouvelle chevauchée fantastique./ Photo DDM, Didier Pouydebat
Ici aux côtés de Michel Ferrand, «Coco» Lagarde (à d.) se lance dans une nouvelle chevauchée fantastique./ Photo DDM, Didier Pouydebat

Il fut et reste à ce jour le plus grand tireur de toute l'histoire de la Haute-Garonne. Celui dont ses innombrables admirateurs aiment à rappeler qu'il était capable de faire entrer des pelures de citrons dans un verre situé à plusieurs mètres de distance en les lançant à la manière d'un magicien. Qualifié, aux côtés de deux des «héros de Grenoble» (Périlloux et Carrère, coéquipiers d'Azéma en 1992) pour l'épilogue du championnat départemental en catégorie «Promotion» et associé au non-moins légendaire Michel Ferrand en doublette, Jean-Claude Lagarde (alias, «Coco») fait le point au sujet de ce retour fracassant, c'est bien l'adjectif qui convient, sur le devant de la scène. Barbu ou pas, plus d'un quinquagénaire va frémir d'émotion…

Qu'est-ce qui vous a incité à remettre ça ?

Déjà, dans ma tête, je n'avais jamais totalement arrêté. C'est un ensemble de circonstances, familiales et professionnelles notamment, qui, au même titre d'une ambiance dans laquelle je ne me reconnaissais plus, m'avaient amené à prendre du recul. Mais pour le reste, il était impossible d'effacer d'un seul coup tout ce que j'ai pu connaître sur les boulodromes. Et puis, il y a cette amitié qui me lie à mes coéquipiers, à commencer par Stéphane Carrère.

Vous êtes conscient de ce que vous représentez, à travers les souvenirs qui se transmettent d'une génération à l'autre ?

Je n'ai jamais manqué d'humilité, donc, je laisse le soin à ceux qui m'ont connu de procéder à l'évaluation dont ils sont seuls juges. Et puis, l'âge est là.

Justement, à 58 ans, estimez-vous avoir quelque chose à prouver ?

Un compétiteur qui s'engage a toujours quelque chose à prouver. En ce qui me concerne, j'ai des sensations à retrouver, sachant qu'on ne peut lutter contre le temps qui passe même avec l'hygiène de vie la plus sérieuse. La preuve, aujourd'hui, je porte des lunettes.

Tout de même, il y a le fameux «geste naturel» ?…

Oui, défauts inclus d'ailleurs ! C'est ce que je me dis quand je vois mon fils avec une raquette de tennis en main. De toute façon, si c'était nécessaire, je pourrai glisser au milieu et laisser tirer devant quelqu'un qui, jeunesse oblige, apporterait davantage de fraîcheur.

Tag(s) : #Haute-Garonne

Partager cet article

Repost0