Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A man'donné faut pas pousser Pépé dans les orties...

On assiste à un phénomène, après tout courant en politique mais qui choque quand même beaucoup de personnes lorsque justement il ne s'agit pas de politique, qui est celui de la désinformation.

Des rumeurs partent, la plupart venant de Facebook, réseau social on le sait ou la transparence n'est pas de mise. Pour quelques honnêtes gens signant leurs posts et commentaires combien de corbeaux aux pseudos débiles ou carrément anonymes balancent des rumeurs, qui enflent, qui enflent... Je dis souvent "heureusement que l'on n'est pas à la Libération car combien d'entre nous seraient envoyés dans les camps ou tondues!" grâce à la délation, la calomnie, les mensonges les rumeurs...

En 2016, au moment du National de Salies du Salat, j'ai vécu ça. Vers mai-juin c'était des rumeurs, des coups de fil permanents, le matin: "alors le National est annulé?". Un jour j'ai écrit sur mon site que si cela ne cessait pas, toutes ces attaques, ces méchancetés, j'allais les porter par voie de presse, nominativement en expliquant, ce qui est toujours d'actualité aujourd'hui,  que les personnes qui se complaisent dans ces propos sont les destructeurs de notre société, de nos villes et nos campagnes; ce sont eux qui poussent les présidents de clubs, associations, les responsables et les bénévoles à se désengager de toutes leurs actions.

Comme par hasard, après avoir menacé au téléphone et sur mon site de balancer tout sur le journal, plus de son, plus d'image. Les délateurs ne vivent que dans l'ombre, sous couvert d'anonymat. Ce sont des couards. Vous le savez bien?

 

Alors depuis quelques jours, ça balance à nouveau. Les présidents m'appellent pour contre-carrer les rumeurs. Je leur ai répondu que bien sûr je serais présente pour eux, mais que la plus grande réponse, la meilleure, c'est de faire ce que j'ai fait pour le National, de faire ce qu'ils ont toujours su faire de mieux jusqu'à présent: aller au bout de leur détermination.

Lorsque le National a été terminé, comme par miracle, tout le monde a changé de camp.

Bien sûr que ce n'est pas facile de tenir, lorsqu'on se déplace sur des terrains de pétanque pour jouer, ou comme moi pour faire des articles et prendre des photos, d'entendre des questions débiles, souvent posées par des gens sympas, car ça aussi ce sont rarement les gens qui lancent les rumeurs qui vont venir vous le dire: "alors c'est vrai le concours est annulé? alors c'est vrai le club est en sommeil? alors tu vas signer où l'an prochain parce que ton club est en sommeil? alors TOUS les licenciés sont partis, enfin TOUS les bons sont partis? etc..."

 

Eh oui ... qui vivra verra. Et je dis aux présidents qui subissent toutes ces attaques "Calmos!"

Et d'une vous savez très bien que les attaques ne portent que sur les grand clubs, ceux que certains jalousent parce que justement, avec des dirigeants intraitables, ils sont arrivés à faire de leur club une référence dans le "mundillo" de la pétanque. C'est rare d'entendre toutes ces questions ci-dessus pour le petit club de retraités de Trifouilly les Oies qui fait quelques concours en 4 parties chaque année, un petit repas tranquillou avec quelques parties de belote à la clé.

Et de deux, tout va se faire... Du temps ou j'ai commencé la vie associative ici, il y a 30 ans, les bâtons dans les roues, les coups bas pleuvaient, venant la plupart du temps de personnes influentes qui n'admettaient pas qu"'une étrangère" comme moi puisse participer à la vie active, monter des projets et surtout que ça marche. Je peux vous dire que c'était très dur, car toute la famille prenait et avec des enfants à charge on est très vulnérable. Je ne pouvais rien faire. Je n'allais pas partir en procès contre ces gens-là et c'est certainement ce qu'ils auraient voulu. Non je rageais comme vous, chers présidents, mais j'ai avancé toujours en gardant une pensée en tête. Elle vaut ce qu'elle vaut et elle va vous faire sourire certainement. Je ne suis pas une grande croyante devant l’Éternel, Dieu m'en ait témoin! mais je crois toujours à la justice. Je ne parle pas de celle des tribunaux, elle est utile c'est sûr, je parle de la justice des hommes, de Dieu, de la vie qui passe... car tout se paye un jour ou l'autre, d'une façon ou d'une autre, il y a toujours une justice immanente, c'est la maladie qui s'abat on ne sait pas pourquoi, les malheurs qui se succèdent, que sais-je.... Quand va t'elle se produire? on sait pas. Bien sûr, on peut dire - c'est un exemple - regardez les nazis, ceux qui s'en sont sortis après la guerre n'ont pas été inquiété, ils ont coulé des jours heureux en Amérique du Sud ou ailleurs. Certes, mais qu'en a t'il été de toute leur descendance? beaucoup se sont suicidés, beaucoup sont exilés et ne peuvent revenir chez eux, sans parler du traumatisme que subit tout un peuple aujourd'hui à cause de tout ce qui s'est passé. L'exemple est extrême c'est vrai. Juste pour dire, ne vous mettez pas martel en tête. Tout passe, tout à un prix.

 

A notre échelle, je vous le redis chers présidents, Calmos. 99% des joueurs, des instances dirigeantes savent ce que vous faites et ce que vous avez toujours fait: un super-boulot. Il reste 1%... ça fait mal je le sais, mais on s'en fout.

Beaucoup me disaient à propos des journaux: "oui mais tu parles, ou Philippe Alary parle, toujours des mêmes". Et les mêmes c'est souvent vous. Et comme je leur réponds, "ben si je parle d'eux c'est qu'ils font de super manifestations qui attirent du monde, c'est qu'ils ont de super résultats... et tout le reste c'est de la littérature...." ce qui ne veut pas dire que les autres clubs ne font rien, mais ils ne font pas de l'ombre aux envieux, ils ne ramènent pas leurs gueules, à chacun ses méthodes.

Pour les détracteurs, ne vous inquiétez pas, vous aurez de quoi vous mettre sous la dent prochainement, puisqu'on est passé à la phase que je n'avais pas franchie pour le National, celle des mises aux points (ou poings!!!) par voie de presse.

Tag(s) : #Comminges

Partager cet article

Repost0