Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Saint-Gaudens - Miramont - Les Bonora: d'Adriano à Diego
Saint-Gaudens - Miramont - Les Bonora: d'Adriano à Diego
Saint-Gaudens - Miramont - Les Bonora: d'Adriano à Diego
Saint-Gaudens - Miramont - Les Bonora: d'Adriano à Diego
Saint-Gaudens - Miramont - Les Bonora: d'Adriano à Diego
Saint-Gaudens - Miramont - Les Bonora: d'Adriano à Diego
Saint-Gaudens - Miramont - Les Bonora: d'Adriano à Diego

Les Bonora: une famille de pétanqueurs dont les titres et qualifications font la gloire du club de pétanque de Saint-Gaudens.

En partant du vétéran il y a Adriano, suivi de son fils Gilbert, des deux petit-fils Adrien et Mickaël et le petit dernier Diego. Diego, qui, dans la catégorie Benjamin, est licencié à l'école de pétanque du président Jacques Senac de Miramont. Et c'est à ce club que ce samedi 29 avril on le retrouvera jouant avec son arrière grand-père à 14h30 pour le challenge Corinne Soum.

Pour Adriano, quelques questions avant les parties: "j'aurais le droit de le gronder s'il joue mal? et trois boules il va arriver à les porter?". Pas de soucis pour Diego qui a déjà commencé à reconnaitre les terrains de Miramont.

La question ne se pose pas pour Adriano, 85 ans; les boules c'est une longue histoire. N'en déplaise à son fils Gilbert qui prétend que son père a commencé à jouer "avec des cailloux", "la vérité", comme le précise Adriano, "c'est que j'ai commencé à jouer aux boules en Italie, du côté de Trévise ou on habitait. J'étais un peu plus âgé que Diego et les boules je me les suis faites moi-même: avec un étau, je prenais du bois vert et avec la plane et la hache je me les suis fabriquées. En Italie il y avait des terrains à côté d'un bar et le patron nous prêtait trois boules, les parties se faisaient en 21 points et une fois finies on devait aller boire un coup... Mais ici on jouait surtout aux quilles.

"Je suis arrivé en France à 18 ans. Quand j'ai eu 25, 26 ans, comme je travaillais à l'usine, j'ai pu m'acheter de vraies boules. Elles se vendaient par deux à l'époque.

"J'ai été licencié à Saint-Marcet, c'était le seul club à ce moment là qui faisait des concours de boules accompagnés de "gueuletons". Ensuite je suis venu à Miramont, puis il y a eu un terrain à Saint-Gaudens à Saragat, et depuis je suis resté à Saint-Gaudens."

Quelques titres? "on a été champions du Comminges en vétérans deux ans de file avec René Demazure et Raymond Quintana. On aurait pu gagner même trois ans!"

Et en conclusion, une réflexion sur la pétanque: "c'est un sport délassant, quand je joue aux boules j'oublie les soucis!"

Tag(s) : #Canton de Saint Gaudens

Partager cet article

Repost 0