Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Agnès Lesaine vainqueur du National de Salies du Salat 2016

Agnès Lesaine vainqueur du National de Salies du Salat 2016

Et pourquoi y aurait pas un National à Toulouse?

Je reprends la réponse de Cédric Salvini à Philippe Alary: pourquoi ne pourrait’il y avoir un grand concours à Toulouse ? (voir article précédent)

 

P.A.: Un bémol et un seul ?

C.S.: L'absence d'un concours de très grande envergure dans la Ville rose, où l'effet de synergie entre les clubs du secteur de Toulouse jouerait pleinement son rôle. Cela contribuerait à améliorer l'image de marque d'une ville qui mérite beaucoup mieux question pétanque.

 

Ne croyez pas que , sous prétexte d’avoir réalisé le National de Salies du Salat en 2016, je vais me piquer d’avoir la science infuse en matière de pétanque.

En matière de pétanque pure, non, mais peut-être quand même un peu en matière d’organisation et de gestion de groupes de personnes.

- Le 1er point, sine qua non, à régler c’est : à Toulouse Oui mais où ?

On en reparle…

- Le 2ème point c’est l’organisation du concours elle-même : en poules ou en Elimination Directe ? limité ou pas limité ?

On en reparle aussi…

- Le 3ème point, c’est qui va organiser le National ?

- Et on continue avec des sujets annexes, mais oh combien important : les financements ? sponsoring ? subventions ? financement direct par buvette, ventes d’articles divers et variés, etc…

Commençons par un des débuts, il faut bien commencer par quelque chose…

Oui, Toulouse mais où ?

Je verrais au moins 3 possibilités, me référant à d’autres concours prestigieux dans l’Hexagone.

  • 1 endroit unique

  • Plusieurs endroits dans la ville.

  • Externaliser le concours

De quoi a-t-on besoin pour lancer le National ?

  • De terrains aménagés et éclairés : 200 terrains si on limite à 300 équipes hommes et 100 féminines ou plus si on veut voir plus grand….

  • De locaux ou entreposer le matériel : hangar, entrepôt, salles…

  • De terrains libres pour installer buvettes, restaurations, podiums, tribunes, stands divers et variés.

  • Des services à proximité : eau, électricité

  • De parkings en nombre suffisant et à proximité : les joueurs ou les spectateurs ne viendront pas s’il faut aller se garer à pimpos ou dans des zones non sécurisées. Et n’oublions pas les joueurs en camping-car.

  • Un peu d’ombre…. Ça ne fait pas de mal…

  • Un accès internet

La liste n’est pas exhaustive.

Donc un endroit ou plusieurs ?

Personnellement dans un 1er temps je pencherai pour un seul endroit, pour la convivialité, pour la facilité de l’organisation (graphique, arbitrage, sonorisation, sécurité… (moins de frais que si les terrains sont décentralisés).

Et voilà ou le bât blesse… à Toulouse , trouver un endroit ou jouer à la pétanque pour un millier de personnes je ne vois pas trop.

Fût un temps ou je vous aurais proposé le Cours Dillon en bordure de Garonne, avec la Prairie des Filtres à côté. Mais c’est un parking ! et je ne pense pas que la ville de Toulouse fermera le parking pour en faire un terrain de pétanque ? à moins que certains d’entre vous connaissent du monde bien placé... de toutes façons se posera la question du stationnement des voitures des joueurs. Les spectateurs viendront toujours en bus, métro, tram, à pied...

Sur l’île du Ramier ? je ne connais pas suffisamment toute l’île mais là aussi il y a le Parc des Expositions, qui pourrait très bien être transformé en boulodrome couvert (c’est le cas dans beaucoup de villes, Poitiers, Valence d’Agen…) mais bonjour les frais… Autour du Parc ce sont des terrains de foot, tennis, piscine, parking… là aussi faut connaitre du monde…

Il y a bien sûr tous les clubs toulousains qui ont des terrains, mais pas en nombre suffisant je pense pour accueillir à la fois les joueurs et les spectateurs. Détrompez-moi si je me trompe ?

Y a bien un endroit qui me plairait bien car il est central et inoccupé en juillet et août, c’est la fac de Droit au centre ville, rue Valade à côté du mythique concours de Saint-Pierre… et oui on peut bien rêver aussi, et dites-vous bien que toutes ces structures appartiennent à la Ville, donc à vous les contribuables et que les fonctionnement et entretien sont payés par nos impôts !!! si si je vous assure. Après c’est sûr que faut pas arriver comme un chien dans un jeu de quilles, mais en demandant poliment aux utilisateurs…. Tout est faisable !

 

 

 

Sinon deuxième possibilité : plusieurs endroits, genre comme à Millau ou à la Marseillaise. Le 1er jour il faut mobiliser plusieurs boulodromes autour d’un boulodrome central et la soirée et journée suivantes se retrouver qu’à un seul endroit.

C’est pas évident.

Déjà il faudrait trouver au moins 3 boulodromes assez rapprochés.

Ensuite mettre en place un système de navettes gratuites pour emmener les joueurs d’un côté à l’autre, faire attention de quelles équipes se retrouveront au terrain central, alors que d’autres se baladeront en ville… mais c’est faisable.

Car en soirée et le deuxième jour il y aura besoin de moins de terrains.

 

Une 3ème possibilité est de décentraliser carrément le National de Toulouse : l’appeler National de Toulouse et le jouer à la périphérie, genre Portet, Castanet, Launaguet ou autres… ou déjà il n’y aura pas le problème de place pour les terrains et les parkings. Mais bon, on se passe dans ce cas là, à mon avis, de tous les spectateurs, badauds, touristes de la Ville Rose qui ne vont certainement pas faire le déplacement dans la périphérie. Et peut-être certainement du partenariat avec le ville de Toulouse

Je vous laisse réfléchir à tout ça… je pense que vous connaissez mieux Toulouse que moi.

 

2ème point : l’organisation du concours en lui-même.

Je préfèrerais laisser ça à des spécialistes ! Comité, graphiqueurs, arbitres…

Le problème de le faire en poules, c’est qu’il faut commencer le matin à 10 heures ce qui entraine plusieurs contraintes :

  • Supposons que le concours ait lieu un samedi, en juillet ou août. Les joueurs qui habitent loin devront arriver la veille. Pourquoi pas ? rien n’empêche de faire un concours Exhibition ou gentlemen le vendredi.

  • En tout cas cela fait des frais supplémentaires : hôtel, restaurant, camping pour les camping-cars.

  • Les personnes travaillant le matin n’auront pas la possibilité de s’engager... enfin ce sont des considérations valables pour n’importe quel autre concours aussi…

  • La dotation ! ben un National de toutes façons c’est limité à 5 000 € + 2 400 au concours B en direct. L’International c’est 10 000 et 4 200 je crois au B.

  • Après vous me connaissez, moi sur le plan éthique, je suis contre le fait d’inviter des équipes…. Et oui… et ce n’est pas parce qu’on n’invite pas des équipes qu’il n’y a personne qui vient jouer ou qui vient regarder ! voir cet été à Salies du Salat : 253 triplettes sans une d’invitée avec Carmaux qui se jouait en même temps. Ben tout simplement j’estime que lorsqu’on met 5 000€ ou 10 000€ à un concours, plus les mises , les joueurs s’ils veulent jouer ils viennent. Je ne vois pas pourquoi en plus il faudrait leur payer l’engagement, l’hébergement, la restauration, les coups à la buvette ou au café, ou leur faire des cadeaux. Juste pour rappel, 3 des joueurs qui ont été choisis par le Comité pour aller au Trophée des Villes cette année étaient au National de Salies en juillet, sans être invités. Ce que je veux dire c’est que c’est tout à leur honneur d’être venu sans invitation et qu’en plus personnellement je leur en suis très reconnaissante car ce ne sont pas n’importe qui, l’un est champion de France. Sur les 3 l’un a gagné le National, les autres non. Ceci dit, cela montre qu’ils n’ont pas la grosse tête, qu’ils jouent le jeu comme tout le monde et qu’ils ont de la considération pour les organisateurs de ce type de gros concours et pour les autres joueurs, élites, honneurs ou promotion. J’ai un exemple en tête d’un gros joueur qui venait chaque année à Salies, qui m’a appelé pour me demander de l’inviter et qui n’est pas venu puisque j’ai refusé de l'inviter… ben je trouve ça nul ! d’autant plus qu’il n’est certainement pas sur la paille !

 

3ème point : qui organise ?

 

On ne fait rien tout seul…. 1er précepte….

On ne fait rien si on veut écraser les autres par sa propre notoriété : Moi, Je .. fais ci, fais ça…

Lorsqu’on demande à d’autres personnes de s’investir c’est que l’on a de la considération pour eux, pour ce qu’ils vont apporter à l’organisation, donc ce ne sont pas des larbins, ce ne sont pas des bons à tout faire, ni des faire-valoir, etc… ce sont des personnes que l’on traite comme on aimerait être traité soi-même.

Donc à la question qui organise ?  je répondrai les gens de bonne volonté, déjà… les personnes dans les clubs qui ont du temps libre, qui sont dotés d’une certaine abnégation… on n’est pas là pour se faire mousser… ce sont surtout des critiques que l’on va choper lorsque l’on s’occupe de quelque chose en plus.

Pour faire quoi ?

Ben le sponsoring !

tracer les terrains, monter les stands, podiums, etc…

Et sinon, vous y gagnez quoi ?

ma sympathie déjà… !!

Non je vois ça comme une grande fête.

Les clubs participant se partagent les recettes des buvettes, des restaurations rapides, des stands de vente d’articles. On peut envisager un reversement (voir combien) à l’organisation du National si le sponsoring et les subventions ne couvrent pas tous les frais.

 

Les frais parlons en !

 

A Salies du Salat il m’a fallu dans les 45 000de recettes pour couvrir les frais (je parle là des 3 jours de concours : TT Régional et Départemental, Nationaux Hommes et Femmes et doublettes Régional Départemental et concours Jeunes (même si avec la pluie il n'a pas été joué toutes les dotations (600€) étaient prêtes)).

Je ne pense pas qu’il en faille plus pour Toulouse.

Cela suppose évidemment des partenariats : Ville, Communauté de communes, Département, Région.

Cela suppose que tout le monde soit sur la même longueur d’ondes.

Un club ou des clubs qui organisent une telle manifestation (ce n’est que mon point de vue attention !) ne doivent pas le faire dans une optique purement commerciale. Bien sûr on peut se faire du fric avec ce genre de manifestations, mais en rognant sur des dépenses importantes (à mes yeux) comme une bonne sonorisation, le confort de joueurs, arbitres, graphiqueurs, délégués, un bon éclairage, la sécurité, la convivialité.

Que ceux qui tiennent la buvette ou les sandwich se fassent une petite marge pour leur club, certes.

Par contre, ce genre de manifestation est un plus pour la Ville et pour peu qu’elle se transforme en étape de Masters ou PPF, elle ne peut qu’accroitre la notoriété de la commune, du département et de la Région. Et donc je trouve assez normal que la commune, l’intercommunalité, le département, la région participent.

Comment ? évidemment le prêt des locaux, infrastructures, l’aménagement des terrains, les tribunes, podiums et buvettes, chapiteaux. Et le personnel communal pour installer. Pareil pour tout ce qui est éclairage, sécurité.

Vous trouvez que je vais trop loin ? … ce sont nos impôts…je vous le rappelle ! mais bien sûr il ne s’agit pas de la Marseillaise ou de Quaterback . Des clubs ne sont pas des entreprises privées. Les adhérents ne sont pas salariés mais bénévoles.

Tout ce qui est publicité, média, communication peut être laissé au bénéfice de la Ville en contrepartie justement d’une participation sur les infrastructures.

Dans les frais il devrait rester à l’organisateur ce qui est mentionné sur le cahier des charges: la rétribution des arbitres, graphiqueurs, délégués, speaker. La sonorisation, la tenue des buvettes et d’une restauration rapide. L’hébergement et restauration des officiels. Evidemment la dotation du concours.

Ensuite qu’est ce qui empêche la ville de Toulouse et toutes les autres institutions de tenir leurs propres stands pour la pub. Pareil pour des sponsors qui voudraient s’investir.

Bon ….. voilà quelques pistes Cédric… !

Et bien sûr c’est toi qui jettera le premier bouchon du National de Toulouse s'il se fait un jour!

Ben quoi ! on fait que parler. Mais tout est faisable, suffit de se mettre autour d’une table et d’en discuter.

Zoé

 

Tag(s) : #Toulouse, #Haute-Garonne, #National de Salies, #Grands concours Masters

Partager cet article

Repost 0