Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tous derrière les Rivois

Boules - À la une.

Alexis Jouniaux et les Rivois ont la foi. Celle qui soulèvera peut-être la montagne ariégeoise / Photo DDM,Didier  Pouydebat.

Alexis Jouniaux et les Rivois ont la foi. Celle qui soulèvera peut-être la montagne ariégeoise / Photo DDM,Didier Pouydebat.

«Il était un Petit… poucet». Hé oui, si navire il y a sur les flots de l'Arize, il serait plutôt du genre cuirassé. Et battrait pavillon axéen. Ax-les-Thermes, le grandissime favori emmené, sauf coup de théâtre de dernière minute, par Sacha Solana, Dylan Nexon et Fabien Barre, les lauréats de l'édition narbonnaise 2015 en triplette. Entre autres.

Bref, plus qu'il n'en faut pour faire revêtir aux protégés de Serge Lourde la tunique de celui dont on espère qu'il terrassera l'ogre en question. Rêve ou conte de fées (on n'oublie pas l'importantissime duel entre «Magda'» Perret et Volana Minuzzo), peu importe pour le susdit président qui espère bien voir un nombreux public venir encourager les tombeurs de Saint-Alban. Aux Jacobins, de préférence : «Les officiels prendront leur décision en fin de matinée» poursuit notre interlocuteur, non sans omettre de remercier les voisins et amis (de la municipalité et du club) de Cazères qui ont accepté d'accueillir cette rencontre si la météo de ce premier dimanche de décembre devenait incompatible avec la configuration en plein air.

Pour prolonger une aventure qu'aucune autre association sportive du modeste bourg du Volvestre ne saurait vivre à un stade aussi avancé de la compétition, on misera sur Alexis Jouniaux, Tony Lambert, Louis Auditeau, Stéphane Salas, Bernard Carlier, Pascal Perret et Guillaume Debèze.

Mine de rien, depuis son élimination au profit de Francescas, le groupe, loin de ruminer le coup d'arrêt en question, a encore grandi : «Nous faisons en sorte d'être régulièrement présents au rendez-vous tout en gardant les pieds sur terre» conclut Serge Lourde. Sans tirer de plan sur la comète, ou, plus exactement, sans questionnement quant au prochain passage de cette dernière : «Ici, vous savez, il n'est pas question de recrutement tapageur, mais d'adhésion à un projet sportif».

Autant dire que le parcours accompli depuis l'entrée en lice du 20 février dernier à Baziège est déjà un sacré motif de satisfaction. Rappelons que depuis ce déplacement, les écueils n'ont pas fait défaut sur la route des héros.


saint-orens à l'extérieur , aspet en terrain neutre?

Pas facile , de composer avec un cahier des charges dont on n'exclut pas une lecture entre les lignes, sur le modèle qui prévaut par exemple au football lorsque tel ou tel terrain n'est pas homologué pour recevoir un trente-deuxième de finale.

Ainsi, partant du principe qu'il ne saurait y avoir deux poids (et) deux mesures, les Aspétois ont bien l'intention de recevoir Bassens, ce dimanche 4 décembre, dans leur précarré habituel et non pas à Saint-Gaudens même si le très confortable boulodrome couvert honorant la mémoire de Jean Carlotti a été réservé en bonne et due forme. Le samedi 10 décembre, les Saint-Orennais se déplaceront bel et bien à Labatut car la piste dite «du terrain de repli» (en terres soustonnaises) a été finalement abandonnée. Exception faite de Jérôme Caumon (notre photo) , indisponible, le groupe victorieux de Pessac devrait être reconduit dans son intégralité.

Tag(s) : #Coupe de France, #Secteur Muret

Partager cet article

Repost 0