Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

«Maîtriser le geste et l'émotion»

Boules -

Stéphane Berlier et Philippe Rouquié  ( à d) , uniques représentants du CD 31 en doublette masculine/Photo DDM,  Didier Pouydebat

Stéphane Berlier et Philippe Rouquié ( à d) , uniques représentants du CD 31 en doublette masculine/Photo DDM, Didier Pouydebat

 

Appelé à prendre place aux côtés de Stéphane Berlier sur la grille de départ de l'édition morbihannaise, ce week-end, Philippe Rouquié, icône parmi les plus populaires de la «BJ» de Colomiers, effectue l'ultime tour d'horizon. Avec ou sans crachin breton en toile de fond.

Le contexte d'ensemble dans lequel se présente l'échéance est -il morose ?

Non, il me semble plus judicieux de dire que nous sommes restés sur notre faim à Montauban. La réalité d'un week-end n'est pas celle du lendemain, d'autres équipes au moins aussi outillées que les nôtres et même davantage encore sont tombées. On peut rétorquer que Draguignan est couronné à une semaine d'intervalle, mais je pense que ce club, plus qu'un cas particulier, est un poids lourd, voire qu'il forme à lui tout seul un convoi exceptionnel.

En Bretagne également, les favoris seront légions ?

Oui, mais cela ne nous empêche pas de fonder de réels espoirs. Comme celui de revenir en huitième de finale le dimanche matin et de bousculer la hiérarchie puisque la reprise de la compétition est souvent propice aux surprises.

Et sur la base de quels schémas tactiques, dont nos lecteurs sont tellement friands ?

Il m'incombe de consolider les fondations et au grand «Stef'» de faire parler la poudre, sachant que, plus la surface est dure comme peut l'être par exemple le bitume d'un parking aménagé, et plus la cadence est difficile à soutenir.

D'où la part belle à la dimension athlétique, comme disent vos voisins et amis rugbymen columérins ?

C'est vrai, l'hygiène de vie est le complément naturel du sérieux. Un championnat de France, ce n'est, ni un marathon, ni un sprint, mais, à tout moment, le mental est impacté par le physique. Une minute pour faire le bon choix sous le regard intransigeant de l'arbitre, cela passe très vite, vous savez. Il faut être lucide, maîtriser ses émotions…

Un mot sur la confiscation du bouchon, que d'aucuns comparent à la possession du ballon ?

C'est vrai, on n'en parle pas assez, c'est plus qu'un simple geste technique, c'est un lancement de jeu qui demande la plus minutieuse des applications. Regardez l'appoint aux allures de travail de sape de Ludovic Montoro le week-end dernier, quelle qualité gestuelle !

Saint-Avold, juin 2014, et ce mémorable 1/32e de finale face aux futurs lauréats, c'est un mauvais souvenir ?

Non, sans plus. On mène mais Henri Lacroix et Bruno Le Boursicaud ont su faire le dos rond sur nos temps forts, c'est ça aussi, l'expérience.

Recueilli par Philippe Alary

Tag(s) : #Haute-Garonne, #Championnats de Ligue et France

Partager cet article

Repost 0