Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

,

«Une expérience concluante»

 

Colette Bonnemazou et le staff gagnacais veillent à tout/DDM D.Pouydebat

Colette Bonnemazou et le staff gagnacais veillent à tout/DDM D.Pouydebat

 

Sitôt éteints les lampions de la fête, Colette Bonnemazou, vice-présidente du club piloté par Patrick Satgé, dresse le bilan de la récente édition des Douze Heures de Gagnac. Autant faire de «Campistron, c'est tout bon» le dicton du jour.

Avec le recul, quelle est votre analyse?

Notre impression d'ensemble est très positive, à l'image de celle laissée aux participants par la halle couverte sous laquelle s'est déroulée la manifestation. Il aurait pu pleuvoir, la solution de repli était tout indiquée. Quant à l'éclairage, sa qualité a été jugée équivalente à celui de la lumière diurne.

Le taux de remplissage est en outre des plus satisfaisants?

Oui, il n' a manqué que quatre équipes. Je précise que leur nombre théorique (100, ndlr) correspond à un maximum et non pas à un quota. Non seulement nous avons pris bonne note de la présence de nouveaux-venus, mais il faut tenir compte de la concurrence d'une épreuve comme celle organisée à Espalion le même week-end. D'autre part, l'hypothèse selon laquelle certains se découragent plutôt que de s'inscrire en pure perte sur liste d'attente est plausible. En tout cas, avec 96 formations en lice, la réussite est au rendez-vous.

Tout comme la crédibilité sportive?

J'ai testé moi-même les terrains, et je peux vous assurer qu'une maîtrise conjointe du jeu d'envoi et du tir plein fer était indispensable.

Tout ceci donne envie de s'engager à long terme?

C'est vrai qu'en partant les gens nous disent «à l'année prochaine!» sans même se préoccuper du renouvellement du bénévolat. Pour eux, cette épreuve est un acquis ancré dans la durée et, quelque part, c'est très flatteur. D'autant que, selon des sources concordantes, le club de Gagnac serait le seul à avoir pérénnisé cette épreuve là où tant d'autres se sont contentés d'une parenthèse éphémère.

Pourriez-vous passer la vitesse supérieure sur un autre registre?

Si la halle sportive était disponible en permanence, oui. Mais je précise que cette grande première n'a pas vocation à trouver un nouveau prolongement. Il s'agissait d'un aménagement temporaire dont nous garderons tous un excellent souvenir tant l'expérience aura été concluante.

Les principaux résultats :

Gagnants : Boher ,Ghirardi, Pascal Schmitt .

Deuxième place : Chopin, Duffo, Gomez (Tarbes Courte Boule).

Troisième place : Gomez (Tarbes Massey), Lassalle (Tarbes Courte Boule), Sagrafena (Argelès-Gazost) .

Meilleure équipe féminine : Armingaud (Montberon), Belin et Gualandris (Essomes/ Marne).Prix du fair-play : Laffite (Longages), Jacqueline et Daniel Villeneuve (Pins-Justaret).

Recueilli par Ph.A

96 équipes engagées

Arbitres :

MM CLAMENS

JO RUIZ

 

 

Présence du maire Michel simon, des conseillers départementaux

 

Cuiller de bois :                équipe 65 de L’HOSPITALET (46)

                AUSTRUY Sylvette

                BAGINSKI Sandrine

                JACQUOT  Corinne

 

Joueur le + jeune : Hugo Gross (champion ligue) de ST ORE NS, né en 2003

Joueuse + jeune : Ilona Pagès de BRUGUIERES, engagée avec Montberon, née en 2001

Plus âgé : Mr Roc venu en joueur isolé, né en 1939

 

Meilleure équipe féminine : équipe 60

                ARMINGAUD Patricia                    montberon

                BELIN Sylvie                                      Essomes/Marnes (02)

                GUALANDRIS Christine                Essomes/Marnes (02)

 

FAIR PLAY :

1 : équipe 44                     Laffite Daniel (Longages), Villeneuve Daniel et Villeneuve Jacqueline (Pins Justaret)

2 : équipe 65                     AUSTRUY Sylvette, BAGINSKI Sandrine, JACQUOT  Corinne

 

Equipes venant de plus loin

Les Picards (habitués jouant avec Montberon) de Essomes/Marnes

Les Normands, champions vétérans du 76 (club de St Pierre les Elbeuf

Tag(s) : #Haute-Garonne

Partager cet article

Repost 0