Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 
André Baron (photo Guy Dupeyron)
André Baron (photo Guy Dupeyron)

André Baron (photo Guy Dupeyron)

Saint-Gaudens le 11 et 12 juin 216.

Au parc des expositions du Comminges

11ème Bourse d’échange AUTOS MOTOS.

Automobiles, Tracteurs, Documentation, Miniatures, Affiches.

Grande exposition de véhicules anciens.

Entrée gratuite à la bourse et à l’exposition de voitures anciennes.

Parking réservé aux visiteurs qui viennent en voitures anciennes.

Cette année au programme:

Rassemblement de voitures anglaises.

Samedi matin 30 véhicules venant d’un club du Quercy.

 

André Baron, un authentique champion.

 

Habitant le Comminges et amateur de voitures de sport j’ai inévitablement dans ma jeunesse entendue parler du fameux pilote automobile André Baron.

J’ai alors décidé d’en savoir un peu plus sur ce pilote bien de chez nous, pilote international deux étoiles (avec ce grade il pouvait accéder à la course mythique des 24 heures du Mans).

Je suis donc reçu par un grand gaillard de 75 ans au physique plus qu’avantageux et au sourire charmeur qui a dû faire tourner plus d’une tête.

Anecdote observez sur la photo devant son proto Dauphine il porte toujours la veste de pilote qu’il portait à 30 ans.

André est né le 8 juillet 1941 à Saint-Gaudens, il est donc un pur produit Commingeois, son père Gaston, détail prémonitoire possède à l’époque une Amilcar CGSS, tout gosse il monte dans ce petit bolide et s’amuse à tourner sans cesse son volant, détail amusant son père échangera l’auto contre deux pneus de vélos neufs.

Né au Pilat (quartier de St Gaudens) il est à deux pas du fameux garage Courtinat tenu à l’époque par le père d’Emilien et le grand-père de Jean-Pierre, il peut sans réserve assouvir sa passion auprès de ces collectionneurs invétérés.

Il est vraiment tombé dans la marmite tout petit, de plus dès l’âge de 14 ans il passe ses vacances scolaires à Bordeaux dans le garage de sa tante et se lie d’amitié avec son cousin qui deviendra aussi pilote automobile ayant disputé les 24 heures du Mans.

Pendant la guerre Gaston le paternel travaille chez Marcel Piveteau autre personnage incontournable des circuits régionnaux.

Après guerre reprennent les courses du Grand prix du Comminges, pour pouvoir pénétrer et côtoyer ces pilotes de légende il vend des programmes à l’entrée et là les yeux pleins d’étoiles il rencontre les : Chiron, Wimille, Villoresi, Rosier, Ascari,  Sommer, Farina, le prince Bira et tant d’autres gloires de l’époque bénie de la course automobile au plus haut niveau mondial.

Vers l’âge de 17 ans il est élève au collège de Gourdan-Polignan il est toujours « fourré » chez Marcel Piveteau , celui-ci devinant sa passion montante pour le sport auto lui confie son Kart qu’il a équipé d’un moteur de tronçonneuse « jonsered » et pendant six ans il enchaine compétitions sur compétitions, beaucoup de victoires et il devient vice-champion des Pyrénées en 1963/1964.

Ensuite finit le Kart il prend sa licence nationale FFSA en 1967 et sa première course de côte au col d’Aspin à bord d’une « Stanguilini »  à moteur Fiat 1100, ensuite il achète une Porsche SC 356, cette année-là il remporte 7 slaloms et devient champion de France de slalom (catégorie plus de 1300 cm3).

 En 1970 il réalise ce qui reste pour lui son meilleur souvenir la construction sur base de Renault Dauphine un proto équipé d’un moteur Gordini 1255 cm3 boite 5V qu’il vendra par la suite au célèbre pilote et voisin Marcel Tarres (surnommé l’aigle des montagnes) pour aller courir en Belgique.

En 1970 une nouvelle monture toujours sur la même base mais moteur GORD 1300 cm3, avec ce nouveau bolide il s’attaque en compagnie de (Christian Gillet son copilote et ami).aux rallyes nationaux avec sérieux et application ce qui lui vaudra de nombreuses victoires.

En 1972 il achète un moteur d’usine 1600cm3 Alpine (formule Europe) avec ces 550 Kg les 170 CV de la vaillante Dauphine rivalise avec les plus puissantes montures de l’époque.

Petite anecdote en posant la main sur son abeille jaune le timbre de sa voix teinté d’émotion il me confie « tu vois celle-là elle ne me quittera jamais »

Ce qui suit n’est qu’une partie de son impressionnant palmarès, bien sûr il m’a fallu faire un tri car le journal n’aurait pas été assez grand.

1970 :

Vainqueur du slalom géant à Nogaro (Dauphine proto moteur GORD)

Vainqueur scratch Coupes de Pâques à Nogaro(BMW)

3ème au championnat SRT à Nogaro (Simca Rallye 2)

Meilleur temps des 4 épreuves du rallye d’Astarac.

1971 :

 Vainqueur du slalom de Tarbes sport Proto (Dauphine proto)

Vainqueur rallye landes Armagnac (Dauphine proto)

Vainqueur course de côte Mazamet, Tarbes, Bagnères de Bigorre, critérium des Cévennes (Jean Rolland)(Dauphine proto 1300S alpine 130 CV)

Champion de ligue Midi-Pyrénées toutes disciplines (course de côtes, circuits, rallyes)

1972 .

Tour de France Auto (en national) 1er de classe groupe 2(Alfa Roméo Bertone 1750cm3 Conrero)

Vainqueur de groupe Bagnères de Bigorre.

Rallye des Gaves 2èmes au scratch (Dauphine proto 1600 Alpine.

Gymkhana de St Gaudens, vainqueur au scratch.

Rallye mont de Marsan-Landes-Armagnac 1er au scratch.

2ème à la course de côte de la Bachellerie (Matra jet).

1973 :

Tour de France automobile international (Alfa Bertone 2000)

Vainqueur au scratch d’hautacam du rallye des gaves (organisé par Jacques Chancel) sur Buggy Buffalo devant 2 Porsche et 2 alpines.

4ème aux coupes de Pâques à Nogaro (Matra Jet ex Pescarolo).

1974/75/76/77 :

Pilote international FFSA- 2 étoiles.

Coupe de la ville de Tarbes (rallye+Gymkhana) challenge gagné 4 fois en 5 ans.

1976 :

Vainqueur coupe de Pâques à Nogaro (Dauphine proto moteur 1600 150 CV)

Tour de France automobile (Opel Kadett GTE) 6ème des groupes 2 et seconds de la classe 1600/2000.

1977 :

Tour de France auto (Peugeot 104).

André Baron à son âge continue pour le plaisir à participer régulièrement aux courses de côte VHC et à des rallyes, Bordeaux sud-ouest, Bagnères de Bigorre etc.…et rassurez-vous car il continue à entretenir ses autos et à les améliorer et aussi en restaurer des nouvelles.

Je suis fier d’avoir réalisé le portrait de cet homme de ce pilote d’exception qui à défendu les couleurs de notre région tout au long de sa carrière en toute simplicité et toute humilité et je trouverai normal que notre région se souvienne de lui en tant qu’ambassadeur du sport automobile Commingeois.

André, les amis de l’association des bielles Commingeoise et moi-même te saluons chapeau bas.

Guy Dupeyron

Tag(s) : #Canton de Saint Gaudens, #Comminges, #Divers

Partager cet article

Repost 0