Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Triste nouvelle: déces de Gilles BOYREAU - un hommage de Mimile Dupeyron

C'est une bien triste nouvelle: Gilles BOYREAU vient de nous quitter

une messe sera célébrée a l'église Monsaunes Jeudi a 9h30

suivant ses volontées il sera incinéré a Pamiers a 13h15

 

 

 

Sincères condoléances et amitiés à toute sa famille et proches.

Triste nouvelle: déces de Gilles BOYREAU - un hommage de Mimile Dupeyron

Gilles Boyreau n’est plus.

 

Gilles nous a quitté dans la plus grande discrétion, il laisse la grande famille de la pétanque dans la peine et le recueillement .

Quand je dis dans la plus grande discrétion je pèse mes mots, Gilles était directement issu du monde paysan, ceci explique sans doute cela, sa timidité et sa réserve faisaient de lui un garçon attachant sur bien des points.

Gilles était né à Montsaunès en juillet 1956 d’une fratrie de quatre enfants, trois frères et une sœur. Dans sa prime jeunesse la passion de la pétanque lui a été insufflée par Christian son frère de deux ans, son aîné qui fut à l’époque un redoutable compétiteur.

Il fera son chemin dans son village même avec ses copains. Parmi eux bien sur Christian, Michel Roujas (dit coustet) père de l’actuel président du sporting club Manciousain Sylvain, Daniel Galey, Didier Mourlan, Michel St Germes, et tout ceci sous l’œil bienveillant de Guittou St Germes qui à l’époque tenait le bistrot de Montsaunes avec son épouse Odette.

Il jouera ensuite à Alan, Mancioux, ou je me souviens de l’équipe qu’ils formaient avec « Coustet et Claude Cistac », Pointis-Inard, et depuis 2014 à Aspet où il se plaisait beaucoup; d’ailleurs son président Jean Goudal que j’ai eu au téléphone était tout retourné de la triste nouvelle.

Gilou était né tireur, ce poste il le gardera jusqu'à la fin. Qui ne se souvient de l’avoir croisé sur les terrains de notre Comminges, sa silhouette trapue, sa démarche nonchalante, sa chevelure blonde et son style inimitable : les pieds dans le rond à dix heures dix, le torse vers l’avant et son balancier lent et fluide, la tête légèrement penchée pendant l’action et souvent sur sa lèvre supérieure retroussée, une sorte de rictus souriant de satisfaction quand son tir faisait mouche.

Il est de tradition dans les portraits que je brosse sur les pétanqueurs de placer une anecdote et malgré la circonstance je la veux joyeuse, ne m’en veuillez pas.

Je n’avais jamais joué avec Gilou jusqu’à il y a deux ans, un jour il m’appelle « veux-tu faire le concours mixte avec Nadia (son actuelle compagne) et moi ? » je ne joue pas souvent, mais je n’ai pu simplement par amitié décliner l’invitation.

L’après-midi s’est déroulée bon an mal an, pas d’exploits mais une bonne ambiance et soudain printemps oblige, nous parlions d’omelette aux mousserons, quand son œil s’alluma largement souligné par son sourcil en accent circonflexe: « il faut en parlant d’omelette que je t’en raconte une.  C’était le lundi de Pâques, je me fais contrôler par les gendarmes qui me font souffler, résultat positif. Comment cela est-il possible m’écriai-je, je n’ai bu que de l’eau, mais après avoir réfléchi et m'être remémoré le repas Pascal, j’eus un doute. Ma mère avait comme dessert fait une omelette flambée à l’eau-de-vie, qui, elle, n’avait pas toute flambée (l’eau-de-vie). Voila le fameux résultat de l’alcootest positif sans avoir bu mais trop mangé!

Voilà Gilou c’est un peu ma façon de te dire au revoir d’une manière moins triste hélas que la réalité.

Au nom de la grande famille de la pétanque j’adresse mes sincères condoléances à toute sa famille et à Nadia sa compagne sans oublier Cathy.

 

 

Au revoir Gilou.

MIMILE. 

de gauche à droite: Gilles, Joël Garcia, Daniel Galey. Concours à Mancioux années 1970.

de gauche à droite: Gilles, Joël Garcia, Daniel Galey. Concours à Mancioux années 1970.

C'est aux premiers regards portés,
En famille, autour de la table,
Sur les sièges plus écartés,
Que se fait l'adieu véritable.

René-François Sully Prudhomme

Tag(s) : #Portraits, #Comminges, #Canton de Salies

Partager cet article

Repost0