Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Restent en course pour la Haute-Garonne:

 

Aspet - Launaguet - Le Fousseret -Lévignac - Raphaël Park - Saint Alban -Saint Orens Tournefeuille

,

Boules

Dans cette coupe de France la boule du Cagire sera le seul club a représenter le sud du département./photo DDM.RP

Dans cette coupe de France la boule du Cagire sera le seul club a représenter le sud du département./photo DDM.RP

 

C'est un authentique exploit réalisé par les pétanqueurs aspétois en s'imposant en coupe de France (4ème tour) chez leurs redoutables hôtes de Bruguières, certainement l'un des tout meilleurs clubs du département, partageant d'ailleurs avec Saint-Alban notamment le leadership du secteur des 4-Vallées. La formation aspétoise choisie par leurs coaches était assez classique avec leur formule déjà éprouvée, c'est à dire composée de deux féminines (Marie-Pierre Fountas et Véronique Encausse) secondées par Jean-Jacques Maurice, alias «Momo», Thierry Périssé, Michel Encausse, «Eddy», Fabien Andrieu et Patrice Brun pour un ensemble homogène, complet et soudé particulièrement motivé et bien décidé de faire briller les couleurs de leur club. Pourtant, la rencontre avait mal débuté pour les Aspétois qui essuyaient coup sur coup et d'entrée de jeu trois défaites en tête à tête, avant de rétablir l'équilibre aussitôt dans cette même session (3 à 3). A partir de là, revirement total de cette curieuse rencontre et, délicieux paradoxe de la pétanque, avec cinq victoires consécutives des hommes de Jean-Pierre Campa (les trois doublettes, puis les deux triplettes) pour une qualification aspétoise sur le score sans appel de 25 à 6. Voici donc la Boule du Cagire, seul club qualifié «sudiste» du département, dans le «grand huit» départemental en belle compagnie avec Saint-Alban, Raphaël Parc, Le Fousseret, Launaguet, Saint-Orens, Tournefeuille et Lévignac, avant d'aborder la sortie de zone face à un club qualifié d'un autre département de la ligue Midi-Pyrénées. Le souhait des locaux serait de recevoir à Aspet pour ce 5ème tour.

La Dépêche du Midi

La remontée mécanique

,

Boules - Coupe de France. 4e tour. Aspet sort Bruguières

C'est une véritable avalanche pyrénéenne qui a enseveli le Parc de Xeraco. Les Aspetois ont beau avoir le sourire, une fois les parties commencées, plus question de rigoler./ Photo DDM, Didier Pouydebat.

 

C'est une véritable avalanche pyrénéenne qui a enseveli le Parc de Xeraco. Les Aspetois ont beau avoir le sourire, une fois les parties commencées, plus question de rigoler./ Photo DDM, Didier Pouydebat.

 

C'est peu dire si les espoirs bruguiérois ont fait long feu, dimanche dernier. Un moment menés 3-0, les visiteurs, sans jamais s'affoler ni s'écarter de leur schéma tactique de prédilection, ont rétabli l'équilibre (3-3) avant de décoller, littéralement, vers les hauteurs. Hé oui, si la triplette rallie le plus grand nombre de suffrages dès lors qu'il s'agit d'indiquer aux néophytes la direction de la vitrine du sport pétanque, c'est sur l'épreuve en doublette que se portera le très classique coup de projecteur. Là où le public, de plus en plus nombreux au fil des minutes, s'attendait à voir, par exemple, les frères Faurel imposer un jeu rapide basé sur le tir, c'est au contraire à une formidable démonstration de force commingeoise qu'il fut possible d'assister. Et autant la délégation pilotée par l'inénarrable Jean-Pierre Campa doit être englobée dans les mêmes éloges, autant le travail de sape d'Edmond Grégoire-Joseph est susceptible d'être mis en exergue à titre individuel. Pour avoir «sulfaté» le parc de Xeraco à grand renfort de missiles, le Martiniquais a porté ce qu'il faut de coups au moral d'un adversaire en rupture d'équilibre.

Scenario catastrophe pour Bruguières

Accabler les vaincus, c'est bien connu, relève souvent de la solution de facilité. Néanmoins, en voyant les mines dubitatives affichées par des anciens à qui on ne l'a fait pas tels que Jean Toninato ou Gérard Pariset, il était clair qu'une redistribution des cartes aurait été la bienvenue suite à ce deuxième acte aux allures de scénario catastrophe. En effet, tout comme ses homologues, le mixte bruguiérois était distancé (12-5) lorsque fut signé le cessez-le-feu provisoire.

Implacable doublette aux allures de révélateur donc, impitoyables Aspétois qui, sans même avoir besoin de faire entrer le banc de touche, où avait pris place Kevin Ribet, révélation de l'édition provençaliste 2015, se lancent plus que jamais dans l'ascension. De là à dire, comme pour Tournefeuille tombeur de Blagnac deux jours auparavant, que le sommet n'est plus très loin, il n'y a plus qu'un pas. Pas vrai, coach Campa ?


Au tableau d'honneur

A Bruguières : Aspet bat Bruguières 22 à 6 (dernière doublette et dernière triplette non achevées, arbitrage de Jackie Isern).

Tête-à-tête : Véronique Encausse (Aspet) bat Dédée Buscato (Bruguières) 13-10 ; Christophe Bissière bat Kevin Andrieu 13-5 ; Sony Faurel (Bruguières) bat Jean-Jacques Maurice (Aspet) 13-6 ; Patrice Brun (Aspet) bat Paul-Franck Faurel (Bruguières) 13- 11 ; Thierry Périssé (Aspet) bat Daniel Azaïs (Bruguières) 13-9. Bryan Faurel (Bruguières) bat Edmond Grégoire-Joseph (Aspet) 13-12.

Doublette : Andrieu/Grégoire Joseph bat Paul Faurel/David Cartaillac (remplacé par Paul-Franck Faurel) 13-5. Périsse/Encausse bat Sony Faurel/Bryan Faurel 13-2. 12-5 pour Marie-Pierre Fountas et Jean-Jacques Maurice face à Stéphanie Martinez/Christophe Bissière au moment de l'arrêt.

Triplette : Michel Encausse, Thierry Périssé, Edmond Grégoire Joseph bat Faurel, Faurel, Faurel 13-2. 6-6 entre V. Encausse, Brun, Maurice et Martinez, Bissière, Azaïs au moment de l'arrêt.

Philippe Alary

Tag(s) : #Coupe de France, #Comminges, #Haute-Garonne, #Canton d'Aspet

Partager cet article

Repost0