Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le boulodrome pourrait ouvrir le 15 avril.?
Le boulodrome pourrait ouvrir le 15 avril.?

Aux clubs de pétanque de trouver une viabilité au nouveau boulodrome

Il reviendra aux clubs de pétanque de la région de gérer le futur boulodrome Christian Fazzino. Mais le flou existe pour le moment sur les recettes et les dépenses à venir.

Logés jusque-là dans un bâtiment du Parc des expositions de Montluçon, où chaque club payait une centaine d'euros pour passer l'hiver au chaud, les joueurs de pétanque de la région vont devoir maintenant gérer le plus grand boulodrome couvert du monde.

Sur le papier, la tâche ne s'annonce pas aisée. À Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), où il existe un boulodrome aux dimensions légèrement plus petites, le président du club affirme que trouver des recettes pour couvrir les charges représente un travail très important…

1 Qui va gérer le boulodrome ? Le comité de gestion du boulodrome Christian-Fazzino devrait bientôt voir le jour. La communauté d'agglomération, qui a en grande partie financé l'équipement, a demandé aux clubs de constituer cet organisme, et souhaite en rester simplement propriétaire. « C'est à eux de jouer », affirme Samir Triki, vice-président de l'agglo en charge du sport. Le président du futur organisme est Jean-Pierre Raulin. La convention entre les deux parties pourrait être signée dans les jours à venir.

2 Combien de clubs font partie du comité de gestion ? Huit clubs de pétanque et un de lyonnaise ont pour l'instant souhaité adhérer au comité de gestion. « D'autres clubs pourraient les rejoindre, une fois que tout sera bien expliqué », affirme Samir Triki. Dans la région de Montluçon, il existe un potentiel de seize clubs de pétanque et sept de lyonnaise, pour plus d'un millier de joueurs.

3 Quelles vont être les charges à payer ? Le futur secrétaire général du comité de gestion, Xavier Nyffenegger, affirme qu'un budget de 45.000 à 50.000 euros va être nécessaire pour faire fonctionner le boulodrome. Cette estimation a été calquée en partie sur l'expérience du boulodrome de Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Elle comprend une redevance de 4.000 euros payée à la communauté d'agglomération, l'électricité (13.000 euros), mais aussi l'eau (2.000 euros), le chauffage (environ 6.000 euros), l'assurance, le nettoyage, les frais de secrétariat, l'outillage…

La réalité des charges va être découverte avec le temps. Peut-être avec de bonnes surprises. « Comme il y a une collecte de l'eau de pluie dans le nouveau boulodrome, nous n'aurons peut-être pas beaucoup d'eau à payer », remarque Xavier Nyffenegger.

4 Comment générer des recettes ? C'est la grande inconnue. De par son classement, le boulodrome couvert ne peut accueillir que des manifestations sportives. Cela limite donc le nombre d'occasions de louer l'équipement et de générer des bénéfices. « Nous avons quelques pistes », affirme Xavier Nyffenegger. Des clubs de modélisme et de tir à l'arc pourraient être intéressés par exemple.

Pour trouver 50.000 euros, il faudra également compter sur des subventions, des droits d'entrée pour les joueurs, les recettes de la buvette, l'adhésion des clubs ou encore la publicité. Mais tout cela sera-t-il suffisant ? Les clubs espèrent que l'agglo prendra à sa charge le paiement des fluides la première année. « On commence, on n'a pas d'argent », argumente Xavier Nyffenegger. Samir Triki affirme pour sa part « que l'agglo sera derrière si besoin », sans valider cette hypothèse.

5 Quelles sont les compétitions à venir ? La première compétition devrait être le championnat d'Allier de triplettes vétérans, le jeudi 30 avril. Pour une compétition nationale, il faudra a priori attendre l'an prochain, avec la finale du championnat des clubs national, en novembre. Des compétitions internationales pourraient suivre, selon Joseph Cantarelli, vice-président de la Fédération française de pétanque et de jeu provençal (FFPJP). « Nombre de stages de rassemblement, de compétitions nationales d'envergure pourront y être organisés, sans compter les manifestations européennes et internationales. »

Guillaume Bellavoine

Partager cet article

Repost0